Nature et propriétés des substrats

éléments constitutifs

Homepage > Dossiers > Substrats

Mise à jour : mercredi 19 mai, 2010

Les substrats sont les matériaux poreux qui remplacent les sols et dans lesquels se développent et fonctionnent les racines des plantes cultivées.

© 2008 CarniBase

Principaux matériaux utilisés

Les tourbes ont une capacité d'échange de cations (potassium, calcium, magnésium, oligo-éléments) appréciable car elles les fixent sur leurs acides organiques. Elles contiennent jusqu'à 50 % de carbone et sont plus ou moins biodégradables, les tourbes blondes l'étant relativement peu, d'où leur préférence pour la culture des plantes carnivores.

Leur porosité est élevée (jusqu'à 95 % du volume total), ce qui est lié à une masse volumique apparente très faible (jusqu'à 0,08 kg/dm3). Pour une épaisseur de 10 cm, la capacité en bac varie de 60 à 85 % et la teneur en air moyenne, celle-ci se réduisant énormément dans notre mode de culture, inondée.

L'eau et l'air dans le substrat : l'influence de la hauteur du pot et du mode d'arrosage

Hauteur et teneur en eau

Un phénomène important et souvent oublié est que, dans nos récipients contenant nos plantes carnivores, il y a une répartition verticale de l'eau tout comme dans les tourbières : l'humidité décroît lorsque, partant de la base (plus exactement, en général, du niveau de l'eau) on s'élève vers la surface. Ce phénomène est particulier : il n'existe pas, par exemple, dans un champs (la nappe phréatique est normalement bien plus profonde que les racines).

On appelle rétention en eau moyenne le rapport entre la masse d'eau retenue et celle du substrat. Elle est d'autant plus élevée que la couche de substrat est moins épaisse. Par exemple, avec beaucoup de sable, on passera de 8 % pour une couche de 30 cm d'épaisseur à 10 % pour 20 cm et 18 % pour 10 cm. À chaque épaisseur (et non pas profondeur) correspond une humidité à l'équilibre : cette valeur est nommée capacité en bac pour l'épaisseur considérée. On obtiendra donc des résultats différents selon la hauteur du pot et la capacité des plantes à produire des racines suffisamment longues. Si on ajoute le problème des variations cycliques du niveau de l'eau en milieu naturel, on voit que la comparaison de nos résultats avec celui-ci et entre eux est très délicate.

Hauteur et teneur en air

La teneur en air conditionne le développement et le fonctionnement des racines dans un milieu qui est arrosé fréquemment. Toute la porosité étant occupée par de l'air ou de l'eau, leurs volumes respectifs dans le substrat varient en sens inverse.

Lorsqu'on se rapproche de la base, la teneur en air diminue tandis que l'humidité augmente. Par ailleurs, la capacité en bac augmente lorsque l'épaisseur de substrat diminue. Conséquence : la teneur moyenne en air est d'autant plus faible que le substrat est utilisé sous une épaisseur plus faible, et les plantes cultivée dans des pots hauts ou bas ont donc des conditions de cultures différentes. Ce qui veut dire aussi qu'un rempotage peut avoir des conséquences liées à cet aspect, qu'il ne faut pas négliger.

La qualité de l'air

Enfin, la composition de l'atmosphère du substrat tends à ce rapprocher de celle de l'air atmosphérique, par simple diffusion depuis la surface. Nous voyons donc intervenir deux facteurs :

On peut constater aussi que l'arrosage par le haut et jusqu'à saturation permet aussi un renouvellement de l'air : celui-ci est d'abord complètement chassé du pot puis aspiré de l'extérieur par la descente de l'eau (celle qui excède la capacité en eau), qui s'écoule rapidement.

A noter que l'oxygénation de l'eau utilisée n'est pas anodine : une eau anoxique ne peut qu'étouffer les racines et cet effet sera d'autant plus marqué que le pot sera haut.

Les tourbières présentent toutefois un sol naturellement très peu oxygéné et les plantes carnivores y sont normalement adaptées.

Du bon moment pour changer le substrat

Photo-montage montrant le substrat lorsqu'il est frais puis lorsqu'il s'est dégradé. Celui-ci devient plus foncé, collant, visqueux, adhérent, façonnable, alors que le premier n'a aucune tenue.
Vos plantes carnivores ne peuvent pas correctement pousser dans un tel substrat en décomposition avancée et vous ne pouvez plus que le ré-utiliser par exemple pour des plantes d'appartement, qui en apprécieront généralement l'acidité résiduelle et les sels minéraux qui se libèrent.

L'observation des plantes montre que les racines sont beaucoup plus courtes, toutes les feuilles de Dionée et Drosera noircissent et se décomposent aux extrémités mais reste en général vertes et épaisses vers le centre, les nouvelles ne grandissent pas et restent serrées au centre.
Si le substrat a plus de trois ans c'est normal mais en dessous peut-être que l'eau est douteuse... La qualité de la tourbe n'était peut-être pas bonne au départ - tourbe brune au lieu de blonde. Le rempotage a un effet immédiat sur la reprise comme si la plante n'attendait que ça ;-)

Revenir Retour en haut de page au début