Microstructures
des
plantes carnivores

Homepage > Dossiers > Microstructures

Mise à jour : mercredi 28 avril, 2010

Les dessins sont extraits d'une planche dessinée par J.D. Degreef, Université de Gant, Belgique et les photos de moi-même.

Byblis liniflora
Dactylella bembicoïdes (champignon)
Dionaea muscipula
Drosera spatulata
Drosophyllum lusitanicum
Genlisea sp
Nepenthes mirabilis
Nepenthes x coccinea
Pinguicula moranensis
Sarracenia purpurea
Utricularia biloba
Zoophagus insidians (champignon)
Utricularia bremii : glandes digestives dans une utricule. Photo personnelle réalisée au microscope après coloration au Rouge neutre.

© 2008 CarniBase

Cellules en écailles glissantes à l'entrée des urnes de deux espèces :
1-1.gif (9819 octets)

Ci-dessous, glandes digestives à auvent chez un Nepenthes

1-3.gif (5617 octets)
1-2.gif (109012 octets)

Tentacules de Drosera, certains étant courbés vers une capture

1-7.gif (7549 octets)

Glandes à mucus pédiculées et glandes digestives sessiles (="sans pied") de trois espèces :

 1-5.gif (6611 octets) 1-6.gif (4931 octets)

1-4.gif (7892 octets)

Coupe d'une vésicule d'Utricularia.

Remarquez les antennes, l'opercule avec les cils sensitifs (flèche) et les glandes digestives quadrifides.
2-2.gif (10111 octets)

Piège de Genlisea, avec vésicule digestive, tube en nasse et fente buccale élargie et torsadée.

2-3.gif (4765 octets)

Détail de la fente buccale du piège de Genlisea

La fente est maintenue ouverte par des cellules géantes et est pourvue de cils inclinés ne permettant le passage que dans un seul sens, selon le principe des nasses à anguilles.

2-4.gif (4531 octets)

Glandes digestives et base d'un poil sensoriel chez Dionaea.

2-1.gif (9768 octets)

Une myriade de points plus ou moins rouges constellent tout l'intérieur du piège sauf sur le pourtour. Il s'agit de glandes qui sont capables de sécréter des sucs digestifs dilués dans un abondant liquide, qui suinte quelquefois lors des digestions.

Cette photo montre la base d'un cils sensitif et les cellules environnantes, au microscope. La coloration est naturelle (aucun colorant ajouté).
Remarquer les amas circulaires de cellules digestives (visibles également ci-dessus sous forme de globules colorés) les petites cellules pigmentées de l'épithélium, la dépigmentation de la zone de pliure.

Champignons carnivores :

Le nématode ci-dessous a été capturé par le gonflement des trois cellules d'une anse qu'il traversait.
2-6.gif (3753 octets)

Le rotifère capturé par le gonflement dans son appareil buccal d'une branche du mycélium de ce champignon carnivore qu'il essayait de dévorer.
2-5.gif (2572 octets)

Utricularia bremii

Cette plante photographiée ici au microscope vient indirectement de la collection du Dct Lubomir Adamec qui a dû utiliser certainement la fleur pour l'identification.

D'après P. Taylor (in "The genus Utricularia", ouvrage de référence) l'écartement des "bras" serait pourtant beaucoup trop faible pour des U. bremii et, selon ce critère, cette plante devrait donc être U. minor.
Filippo Tassara m'a signalé (11/08/2001) qu'il venait d'observer U. bremii en Italie (première observation sûre depuis 1858, avec des fleurs). D'après ses observations au microscope, il semble qu'il n'y ait pas non plus de différence entre son U. bremii et U. minor.
Manifestement, Taylor s'est trompé...

Je distingue mes U. bremii des U. minor locales par la tendance des feuilles à basculer vers l'avant donnant un aspect très esthétique de bois de cerf. Mais il y a peut-être des U. minor qui présentent aussi cette aspect de par le monde... Si vous en connaissez, contactez-moi.

Revenir Retour en haut de page au début