LES DIFFERENTS PIEGES
1-Les pièges passifs en forme d'urne.
Plusieurs genres très disctincts de plantes carnivores possèdent des pièges en forme d'urne (pitcher plant). Ce type de piège est caractérisée par des feuilles transformées en réceptacles remplis de liquide digestif. Lorsqu'un insecte tombe dans le liquide, il se noie et se fait digérer par des enzymes.

Sarracenia:
[sarra]Description, cycle de vie, le piège, habitat.

Nepenthes:
[nep]Description, cycle de vie, le piège (loupe binoculaire), habitat.

Heliamphora:
Cette plante désignée sous le nom d'Urnes du soleil possède un piège assez primitif. On reconnait encore dans la forne du cornet une feuille roulée sur elle-même et jointe aux deux bords. L'extrémité de la feuille modifiée constitue une zone nectarifère qui attire les insectes et les conduit à glisser dans l'urne. Heliamphora ne produit pas d'enzymes digestifs. Ce sont des bactéries contenues dans le liquide de l'urne qui réalisent la digestion de l'insecte. La plante se nourrit ensuite les produits de cette digestion bactérienne.

Darlingtonia californica, la plante cobra:
Les urnes sont courbées dans leur partie supérieure et forme un dôme dont l'ouverture est dirigée vers le bas. Les insectes sont attirés par du nectar situé sur une structure en forme de langue bifide à l'entrée du piège. Les insectes guidés par le nectar entrent sous le dôme et cherchent ensuite à s'enfuir vers la lumière qui passe à travers les zones transparentes de la partie supérieure. Epuisées de se cogner aux parois sans trouver d'issue, les proies finissent par tomber au fond de l'urne. Le processus digestif est assuré par des bactéries qui vivent dans le liquide de l'urne.

Cephalotus:
Les urnes du Cephalotus sont disposées aux ras du sol et capturent en majorité des fourmis. Le rebord du piège est annelé de structures glissantes se terminant en pointe vers l'intérieur de l'urne. Les proies qui tombent dans l'urne sont digérées par des bactéries et des enzymes contenus dans le liquide. Seules certaines feuilles du Cephalotus sont carnivores. D'autres ont une forme simple et assurent la fonction chlorophyllienne.

Brocchinia reducta et B. hectioides:
Broméliacées (Monocotylédones) carnivores qui vivent dans les tourbières des hauts plateaux des Tépuys au Venezuela. Le piège unique est situé au centre de la rosette de feuilles. Le liquide acide qui s'accumule à cet endroit dégage une odeur de miel attirant les insectes. Les feuilles, dont la face supérieure est recouverte d'une poudre cireuse glissante, conduisent les proies (en majorité des fourmis) vers le puit central. Les produits issus de la digestion bactérienne sont absorbés par des poils spéciaux (trichomes) et constituent la ressource nutritive de la plante.

Paepalenthus bromelioides:
Cette Monocotylédone protocarnivore se rencontre à la Serra do Cipo, une montagne très isolée au Nord du Brésil. Par ses feuilles disposées en rosette et son réservoir central, elle mime une Broméliacée. Pourtant cette plante fait partie des Eriocaulacées, une famille assez éloignée des Broméliacées au plan phylogénétique. Le Paepalenthus a la particularité d'abriter une quantité d'insectes et d'arthropodes prédateurs qui font généralement tomber les débris de leur repas dans le réservoir central.

Catopsis berteroniana:
Cette Broméliacée épiphyte de la mangrove du Sud de la Floride possède des feuilles inclinées verticalement et couvertes d'une substance cireuse blanche glissante qui refléte les ultraviolets. Ceci a le double avantage d'attirer des insectes et de protèger de la chaleur excessive. Le mode de capture des insectes est identique aux 3 autres Monocotylédones prédatrices.
2-Les pièges passifs à nasse.
Seul un genre carnivore possède ce type de piège très particulier. Le fonctionnement du piège est assuré par un flux d'eau continu qui aspire de minuscules proies et rejette l'eau. Le principe est donc différent du piège à succion des Utriculaires qui se déclenche uniquement sur stimulation des poils sensibles.

Genlisea:
Cette plante dépourvue de racines possèdentune tige aérienne fine et grêle prolongée par un piège souterrain, planté dans la vase. Le piège forme une fourche à deux branches spiralées. L'eau et les proies sont aspirées à l'intérieur de chaque branche par un système de pompage qui conduit les proies vers une zone de stockage renflée située avant la bifurcation. A ce niveau l'eau est évacuée mais les proies restent prisonnières et se font digérer par les enzymes de la plante. Le conduit d'aspiration est tapissés de poils orientés dans un seul sens qui empèchent les proies de ressortir.
  

   3-Les pièges adhésifs (actifs ou passifs)
Les pièges adhésifs collent les proies à la surface de la plante au moyen de nombreuses gouttes de mucilage. Chaque goutte est produite par une glande dont les cellules sécrétrices sont situées à l'extrémité d'un pédoncule de taille variable. Une fois morte, la proie est digérée par un liquide chargé d'enzymes.

Drosera:
[dros]Description, cycle de vie, le piège, habitat.

Pinguicula:
[ping]Description, cycle de vie, le piège (loupe, microscope optique).

Drosophyllum:
Drosophyllum lusitanicum forme un buisson de feuilles très fines qui se déroulent à la manière des feuilles d'une fougère. Tiges et feuilles sont recouverts de glandes à sécrétions mucilagineuses (glandes pédonculées) et digestives (glandes sessiles). Contrairement aux Drosera, les feuilles de Drosophyllum ne se replient pas sur la proie capturée.

Byblis, la plante arc-en-ciel:
Genre Australien dont le piège collant passif ressemble à celui de Drosophyllum. La lumière qui se décompose dans ses nombreuses gouttes de mucilage lui a valu le nom de plante arc-en-ciel (Rainbow plant).

Triphyophyllum peltatum:
Bromélicée carnivore. Triphyophyllum peltatum produit trois types de feuilles différents. Des feuilles entièrement carnivores, d'autres en partie carnivore, et des feuilles classiques non carnivores.
4-Les pièges actifs à succion.

Utricularia:
Photos d'Utriculaires
Plante aquatique ou épiphyte sans racines. Les pièges en forme d'utricules de taille millimétrique se développent dans l'eau ou sur un support humide. La feuille piège transparente est rattachée à la tige par un court pétiole. Chaque utricule est en dépression par rapport au milieu extérieur. Pour créer cette dépression (17 kPa), les cellules de la paroi de chaque utricule absorbent les ions présents dans l'eau qui occupent la cavité. Ces ions sont ensuite excrétés dans un espace situé entre les cellules de la paroi et la cuticule imperméable de l'utricule. L'eau est alors transportée par osmose de la cavité vers l'espace sous cuticulaire. Lorsqu'une proie stimule les poils gâchettes une porte s'ouvre et aspire l'animal à l'intérieure de l'utricule. L'eau est ensuite évacuée du piège et des glandes quadrifides sécrètent des enzymes digestives.
 
 
5-Pièges actifs à charnière.

Les pièges actifs à charnière ont l'aspect d'un "piège à loup". La feuille-piège se compose de 2 lobes symétriques ouverts, prêts à se refermer sur une proie.

Dionaea:
[dion]Description, cycle de vie, le piège, habitat.

Aldrovanda:
L'aldrovandie est une plante aquatique flottante dépourvue de racines. Le long d'une tige d'environ 15cm se succèdent des rosettes de feuilles d'un même diamètre. Chaque rosette est formée par 6-9 feuilles carnivores. Les feuilles ont un pétiole aplati et sont terminées par un piège similaire à la Dionée mais dont le fonctionnement est beaucoup plus rapide (1/100e à 1/1000e de sec).
©Champagne Carnivore