Liste des plantes en collection
(Growlist)

Homepage

mise à jour le lundi 16 mai, 2011

Sommaire :

LÉGENDE UTILISÉE
CONSEILS POUR LE TRANSPORT (autre page)

DIONÆA - DROSERA - HELIAMPHORA - GENLISEA
PINGUICULA - SARRACENIA dont HYBRIDES
UTRICULARIA - AUTRES CARNIVORES
AUTRES, NON CARNIVORES (page annexe)

ACTUELLEMENT RECHERCHÉES

Contact : J.Ph. ROSELLO (Par le passé et pendant des mois, certains courriers ont été détruits automatiquement avant réception par un filtre anti-spam... Désolé !)

[English translation in this green color.]
Légende, pour échange ou vente
Caption, for exchange or sale
1 (ou pas d'indication) : plant unique indivisible pour l'instant 1: (or without indication): indivisible single cutting (i.e. no spare)
2 : reproduction prévue dans l'année, éventuellement sur demande 2: reproduction envisaged in the year, possibly on request
+,++,+++ : disponibilité +,++,+++ : availability
: plante disparue... que je souhaite récupérer ! : dead... I hoppe to find it again...
gr : graines gr: seeds

I reserve my rare forms for swaps against:
- Heliamphora other than I have,
- various interesting forms, not-listed below, that you could have in vft or Sarracenia...
Photos on demand.


DionÆa

Dionæa muscipula (Ellis) :

Notes

Le pétiole d'une feuille (par définition botanique) est la partie étroite, présente ou non, qui supporte le limbe, partie qui joue, elle, vraiment un rôle dans la photosynthèse. Il peut arriver, dans des conditions précises, que la sélection naturelle privilégie des renforts du pétiole, qui évoluent lame foliaire : les ailes (c'est leur nom) apparaissent latéralement et, très exceptionnellement, elles finissent par ressembler parfaitement à un limbe banal. Chez la Dionée, il n' y a rien qui laisse croire à un tel phénomène. La partie de la feuille juste sous l'attache du piège est donc souvent appelé "pétiole" par commodité (le piège serait la totalité du limbe) mais je ne partage pas du tout ce point de vue. J'appelle simplement "attache" du piège la zone étroite sous celui-ci mais le terme exact serait "pétiolule" c'est-à-dire "petit pétiole". Ces sujets sont largement traité avec beaucoup de détails et d'illustrations dans "Ze dossier sur la Dionée" ; voir en particulier "L'anatomie de la Dionée" et "Pétiole ou limbe inférieur ?".
Bref le prétendu "pétiole" est nommé dans ce site "limbe inférieur". Il est plus ou moins large selon la variété, l'époque de l'année ou la feuille choisie.

Le terme "feuilles dimorphes" veut dire qu'il y a deux types de feuilles. Chez la Dionée, la forme type présente le phénomène suivant : au printemps les feuilles dites "érigées" poussent vers le haut (pour traverser la mousse ?) puis progressivement elles ne vont plus pousser que plaquées au sol - on dit "prostrées" - ce qui augmente l'exposition au soleil. Le terme "feuilles d'hiver" pour celles-ci me fait plutôt sourire vu qu'aucune feuille ne pousse en cette saison .

Il y a curieusement des confusions dans les noms de variétés, y compris chez les professionnels. "Dentata" est le nom donné par son créateur à la variété qui sera renommée officiellement "Sawtooth" (c-a-d "dent de scie") car les noms latins sont réservés aux formes sauvages. Certains ayant reproduit par graine leur variété, une grande confusion règne parfois sur certaines, comme la "Fine Tooth x Red". La "Dentate Traps" d'origine a été multipliée par graine d'autant plus facilement que ses dents triangulaires caractéristiques se maintiennent bien dans les descendants : il en résulte que ce nom désigne maintenant pas mal de variantes, comme la "Dentée" de J.J. Labat. La variété "Adrian Slack's Giant" désigne même deux plantes différentes !

Les photos que j'ai réalisées et mises en ligne sont présentées avec une vignette. Pour les autres, l'icône contient un lien vers une photo choisie externe au site - merci de signaler les ruptures de lien.
Vous trouverez des photos manquantes correctes des variétés vendus chez le producteur Australien Triffid Park sur son site à cette page.

souvent utilisées dans mon dossier sur la Dionée.

Currently, the photographs which I carried out and put on line are used in my information french page about VFT.
Australian nursery Triffid Park varieties are on this page of their site.
For the others, the icon contains a link towards an external photo outside this site - update at 2005/09/01.

Je modifie très souvent mes commentaires, au fur et à mesure de mes observations, conversations et lectures. Pour vos identifications, vous êtes autorisé à enregistrer ou imprimer cette page mais veillez à utiliser toujours la plus récente version. C'est particulièrement vrai pour les dionées marquées "Acquisitions récentes".

Remarque sur Best Carnivorous Plants (BCP) : ce producteur réalise de nombreux hybrides dont quelques-uns sont originaux et beaucoup n'ont qu'un intérêt commercial. Nombre d'entre eux auraient deux poils sensitifs au lieu de trois mais j'ai plusieurs clones qui ont perdu ce caractère dès que la plante a grossi. Il ne suffit pas de remarquer un truc et de multiplier la plante miniature in vitro pour créer une variété ! Il faut observer la plante adulte sur plusieurs cycles annuels... Je crains qu'ils n'aient observé que des plantes jeunes (?)...
Les noms de leurs plantes sont, en plus, problématiques car formés d'une lettre et d'un nombre : non seulement celui-ci finit par se retrouver avec un ou deux caractères (donc "I03" = "I3") mais en plus ils peuvent être précédés l'ensemble d'un nom générique souvent omis ("X11" = "Dentate Traps X11"). Cela change tout par ordre alphabétique. Ils sont présentés ici avec cette couleur de fond et leur nom est suivi de "(BCP)".

Enfin, suite à quelques remarques : si vous pensez que ma manière d'écrire le nom des plantes est erronée (usage des guillemets par exemple...) je vous conseille vivement de consulter ma page "Comment écrire les noms scientifiques, vernaculaires ou horticoles"...

Voir aussi la liste officielle des cultivars de la Dionée, en anglais.
  Cultivars de D. muscipula
(nom d'acquisition)
Observations personnelles, d'après mes spécimens, cultivés en pleine lumière
"1979 Clone"

Acquisition 2010.
Clone acheté par Mike King en 1979, d'où le nom.
Il s'agit d'une forme très proche de la forme type, sauvage, voire juste d'une sélection dans un semis de forme type.
Il a un aspect à la fois typique (avec des feuilles dimorphes) mais néanmoins un minimum esthétique. les pièges peuvent atteindre 3.7 cm, ce qui est la taille maximale type, que je retrouve dans ma forme type achetée à un horticulteur en 1987. Les dents sont longues, leur extrémité est très fine et manque de rigidité, ce qui fait quelle part un peu dans toutes les directions.
La coloration rouge peut s'accroître fortement, surtout dans l'intérieur du piège qui devient rouge sombre. Le reste peut se colorer facilement à l'extérieur du piège, au niveau des dents et la nervure centrale du limbe. Le bord du piège reste remarquablement vert à vert-jaune.
Ce clone est précieux pour permettre des comparaisons avec les cultivars modernes. Les critères soulignés ci-dessus ont été exagérés ou corrigés dans les premiers qui sont arrivés sur le marché...

1 "1984" Acquisition 2009.
Un joli clone, trouvé à l'origine en jardinerie... en 1984 !
+ "A22" (BCP) Acquisition 2008.
Bof...
+ "A28" (BCP)
(= Akai Ryu A28)
Dionée 'Akai Ryu A28'
Clone de BCP théoriquement plus vigoureux que "Akai Ryu" d'origine et qui présente aussi les deux types de feuilles, érigées et prostrées selon la saison, avec une dominance très nette pour le type prostré.
  "Adrian Slack's Giant" => G16 et South West Giant.
See to G16 and South West Giant
+ "Akai Ryu" x "Royal Red"
Dionée 'Akai Ryu' x 'Royal Red'
Dionée 'Akai Ryu' x 'Royal Red'
Croisement personnel entre les variétés "anciennes" rouges que sont "Akai Ryu" et "Royal Red". Plantes manifestement bien plus vigoureuses que les parents, ce qui est normal : les variétés utilisées comme parents ont été normalement obtenues par croisements successifs plus ou moins consanguins des plus rouges, et cela conduit souvent à un affaiblissement génétique. Dans les meilleures conditions (plein soleil, proies, niveau de l'eau élevé) les pièges actuels sont vraiment très gros, les hampes florales aussi d'ailleurs. (J'ai déclassé les plants les plus petits, qui ne seront que des formes rouges au final...)
++++ "Akai Ryu"
(='Red Dragon';translation from Japanese)
Dionée 'Akai Ryu'
Dionée 'Akai Ryu'

Prononcer "Akaï Riou". Créée par Ron Gagliardo du Jardin Botanique d'Atlanta (nommée en 1996 et enregistrée fin 1998) en croisant la "Holland Red" avec la "Sawtooth", mais elle n'a pas héritée des dents de cette dernière. (Pour cela il faudra attendre presque dix ans, avec l'arrivée de la "Bohemian Garnet".)
Elle est plus courante que la "Royal Red" mais au moins aussi rouge. Après des années de culture, il semble que la seule différence soit un rougissement plus foncé pendant l'hiver pour "Akai Ryu" : les feuilles (alors prostrées) deviennent tellement sombres que le noircissement lors de leur mort passe inaperçu. Au même stade et dans les mêmes conditions de culture, "Royal Red" conserve du vert ou un rouge plus clair. Attention, il en faut très peu pour que les plantes apparaissent identiques à un moment donné (en particulier en été) mais sur l'année entière elles n'ont pas tout à fait le même aspect.
Si vous n'avez qu'un plant de chaque variété ("Akai Ryu" et "Royal Red") vous observerez sans doute d'autres différences que celles que je décris mais sachez que ces différences ne persisteront pas ! Si vous les bouturiez en grand nombre vous verriez davantage de différences entre ces individus d'une même espèce qu'entre vos plants mères ! Les Dionées sont extrêmement sensibles aux conditions de culture, ce qui inclut la quantité de nourriture ingérée, habituellement aléatoire et qui fausse les conclusions. Cela incite à la prudence dans les observations.
En 2005, j'ai remarqué que mes "Royal Red" présentaient en fin d'été pratiquement que des limbes inférieurs étroits, en gouttière donc peu décombants (= retombants) tandis que les "Akai Ryu" étaient avec des limbes larges, comme moins rigide, plus décombants. Je vérifié en 2009 et cela semble vérifié de nouveau.

2 "Alien" Clone trouvé par Guillaume Bily mi-mai 2008.
Le piège est allongé et très arqué mais la caractéristique immanquable est la forme des dents. Elles sont courtes mais chez les plants matures elles sont comme bordées d'un fin tranchant translucide, et le piège entrouvert rappelle ainsi, effectivement, la gueule de la célèbre créature de cinéma, en tout cas d'une sorte de monstre extraterrestre - sens qu'a pris "alien" en anglais.
Sa croissance est très lente, ce qui accroît sa rareté.
++++ "All Green" (Triffid)
Dionée 'All Green'

Variété intéressante vraiment sans aucune coloration rouge ou rose. L'équivalent d'une heterophylla chez les Sarracenia... En extérieur elle est presque jaune mais sans paraître aucunement chétive. Tout se passe comme si le soleil affectait la chlorophylle ou les chloroplastes faute de la protection solaire apportée par le pigment. Je trouve surprenant les traces rosées que j'ai pu voir sur certaines photos en ligne.
Les variétés "Heterodoxa", "Green traps" et "Justina Davis" serait le même clone et ce dernier nom serait le nom "officiel" du cultivar car c'est celui que donne Barry Rice qui en revendique la création. (Source en anglais, en bas de page)

+ "All Green Giant"
Dionée 'All Green Giant'
Plante remarquable entièrement verte avec des feuilles nettement dimorphes. Les feuilles prostrées portent un gros piège sur un limbe inférieur vraiment court. Au printemps, les feuilles érigées sont sensiblement plus longues.
Il faudrait comparer mais c'est sans doute la même variété que le clone 'G12', qui est une géante entièrement verte.
  "All Red" => "Holland Red" - nom actuel.
+ "ARPC" (BCP) Forme prostrée qui n'a pas grand chose de spécial chez moi...
+ "Atlanta"
Dionée 'Atlanta'
Elle ressemble à une très belle sélection de la forme type, vigoureuse à croissance rapide, avec l'intérieur des pièges rouge vif en cas d'excès d'énergie par rapport aux sels minéraux stockés - phénomène classique que j'ai observé il y a des années. Fermeture rapide et ultra-sensible (c'est même un peu emm... lorsque l'on manipule la plante).
"Australian Red Rosetted"
Un clone à gros pièges qui contraste avec un limbe inférieur très court, ce qui donne une proportion de 50-50 à peu près.
L'intérieur du piège peut prendre une couleur rouge violacé intense qui peut s'étendre à la bordure voire même passer du coté externe de celle-ci. Dans ce cas, elle forme une ligne rouge intense sans transition avec le reste vert du piège. Lorsque la coloration est plus modérée (nourriture plus abondante) la bordure restera beaucoup plus verte sur les deux faces des deux cotés mais, curieusement, le reste de la face externe pourra se teinté de rouge ! Bref, une plante sensible aux conditions de culture...
Les dents sont teintées de rouge et ont tendance à être multifides, ce qui peut donner un air de Finetooth x Red, mais chez celle-ci les dents se teintent de rose.
Dans les meilleures conditions le limbe inférieur peut montrer une trace rougissante le long de la nervure.
+ "Bart Simpson "
=> "Wacky Trap".
2 "B09"
(= 'B09 Small Mutant')

Variété miniature avec des pièges plutôt carrés. Appelée aussi "Small Mutant" et peut-être "Mini Form". Elle est devenue rare car elle a dégénérée chez beaucoup de personnes mais peu devaient aussi y tenir...
J'ai reçu une première bouture qui devait avoir une croissance "assez rapide". C'était la plus petite bouture que je n'avais jamais reçue et un an plus tard elle était toujours pareille, voire plus petite, incroyable... Morte l'année suivante, tout comme chez la personne qui me l'avait fournie.

Je l'ai retrouvée récemment. Je pense qu'elle nécessite beaucoup d'humidité et peut-être un éclairage artificiel.

Best Carnivorous Plants, l'horticulteur créateur, porte-t-il bien son nom ?

+ "B52"
Cultivar enregistré en 2006 par B. Rice, d'où le "B".
Il s'agit d'une variété géante à feuilles dimorphes, et pièges rouges à l'intérieur dans de bonnes conditions. Certains atteindraient les 5,7 cm mais on n'a pas vu de photo... Pour l'instant, la photo reconnue du plus gros piège... c'est moi qui les faite en 2009 avec une South West Giant de 5 cm. C'est même comme ça que j'ai gagné cette "B52" .
+ "Bear Trap"

Littéralement "Piège Ours"... Bon, tout le bestiaire carnassier va bientôt y passer, sans compter les 'Dracula' et autre 'Alien'...
Pour l'instant, je n'ai pas grand chose à en dire : dents courtes, triangulaires, avec une longueur très variable sur le même piège... Pas très sympa pour les ours...
Une teinte rouge peut apparaître un peu partout : dents, extérieur du piège, limbe inférieur.
Donc il s'agit d'un clone à l'aspect sans doute très sensible aux conditions de culture.

+ "Big Mouth" (Triffid)
(="Red Purple")

Ce nom pose un sacré problème... Il y a manifestement au moins deux clones de même nom, prostrés, géants, mais différents. (C'est toujours le même problème avec ces noms "passe-partout", ils sont indépendamment utilisés par d'autres un jour ou l'autre...)
- Le clone originel (fréquent aux USA) forme des pièges rouges quasi violets d'où son autre nom, "Red Purple", qu'il serait souhaitable de voir davantage utilisé. Si vous recevez un clone avec ces caractéristiques et non celles décrites plus bas, n'hésitez pas à la renommée, quitte à préciser entre parenthèse "'Big Mouth' originel" par exemple. Certaines photos en ligne montrent des pièges franchement violets mais elles ont été manifestement "retouchées" : la Sphaigne n'a pas non plus une couleur normale . Ce clone avait été déposé par T. Camilleri mais la description a été jugée insuffisante, donc ce cultivar n'est pas enregistré.
- Un autre clone plus récent, très prolifique, ne présente pas ces pièges violacés bien qu'ils deviennent extrêmement rouges. Leur limbe inférieur ("pétiole") est exceptionnellement court, ce qui suffit à le distinguer de la "Finetooth x Red" parfois ressemblante. La disproportion est déjà frappante chez les jeunes plants. Ce clone a également pour caractéristique un aspect massif et surtout de grosses dents nettement moins nombreuses que chez les autres géantes.

+++ "Big Traps"

Je me demande encore pourquoi ce nom... Surtout ne pas confondre avec "Big Mouth".

+++ "Big Vigorous" (Triffid) A commencé à porter vraiment son nom après deux ans de culture. Donc, ne pas partir de plant trop petit...
"Bimbo"

Acquisition 2010
D'après mon fournisseur, cultivar géant, avec des pièges de plus de 5 cm et l'intérieur des pièges très rouge. A suivre...

+ "Blood Red" Dans les meilleures conditions, les pièges peuvent devenir effectivement entièrement rouge sang, comme le nom l'indique, les dents et l'extérieur inclus... Le limbe inférieur comporte normalement des traces de rouge.
+++ "Bohemian Garnet" (="Red Sawtooth")
Dionée 'Red Sawtooth' = 'Bohemian Garnet'

On l'appelle très souvent "Red Sawtooth" par facilité mais je suis partisan de conserver le vrai nom des clones, c'est la moindre des choses, d'autant que rien n'empêche un jour à quelqu'un de créer une autre "Sawtooth" qui serait rouge et pourrait donc recevoir le même nom, puisqu'il est descriptif et "impersonnel". Il s'agit d'une sélection sur deux générations, ce qui n'est certainement pas le cas pour la "Red Cup Trap".

Le nom donné par son sélectionneur, le Tchèque Miroslav Srba est 'Český granát', i.e. "grenade tchèque" mais il la diffuse plus communément sous le nom anglais "Bohemian Garnet" - la Bohème est une province de Tchèquie. Enregistré le 15-10-2007.

Adulte, la "Sawtooth" est nettement dimorphe - les deux types de feuilles sont bien présents même s'il y a davantage de feuilles prostrées qu'érigées ; le présent cultivar est, lui, nettement de type prostré...
Les stigmates de la fleur sont rouges, enfin plutôt rose foncé, ce qui est classique pour les formes toutes rouges...
Il semble que ce clone résiste particulièrement aux grands froids : il m'a été rapporté avoir été le seul clone à avoir résisté dans une belle collection. Nous pouvons remarquer que les feuilles disparaissent complètement en hiver et c'est sans doute une explication de cette résistance au grands froids : la cristallisation de l'eau dans les tissus ne peut plus parvenir jusqu'au rhizome puisqu'il n'y a plus de "pont" avec l'extérieur.
Je vous conseille de retirer régulièrement les nouvelles pousses car, sinon, vous obtiendrez rapidement une masse de plantes minuscules peu intéressantes. (C'est la raison pour laquelle ce clone s'est répandu très rapidement.)

++ "Bristle Tooth"
(= "Bristletooth")
Dionée 'Bristle Tooth'

Elle semble provenir d'un cultivateur australien. D'après le CP UK Forum ce serait la même plante que la "Sawtooth" mais c'est une erreur. La principale caractéristique du clone est un phénomène unique et très marqué, très visible ici sur la photo (voir agrandissement) : les poils sensitifs présentent TOUS des altérations. En général il s'agit d'excroissances informes mais cela va jusqu'à la formation de ramifications. Donc il y a au moins cette différence, intéressante en plus. (Un autre clone présenterait le phénomène : à suivre...)

Je l'ai planté dans le même pot qu'une "Sawtooth", pour comparer dans des conditions rigoureusement identiques... sauf si l'une attrape plus de proies .
Fin août 2008, la "Sawtooth" ne montrait pratiquement pas de feuilles prostrées, contrairement à la "Bristle Tooth" qui, elle, n'avait aucune feuille érigée. La taille de la plante intervient beaucoup dans le phénomène, les petites plantes forment souvent plus de feuilles prostrées. Cela dit, la différence entre les plants n'est pas énorme...

2 "Brutal Shark Teeth" Acquisition 2010.
Une sélection intéressante de l'hybride : "Shark Teeth" x "Sawtooth".
Pas de photo en ligne à l'heure où j'écris...
+++ "Burbanks Best" Rien à signaler .
Carolina Beach State Park

Acquisition 2010.
Forme type originaire de Caroline du Nord, plus précisément Carolina Beach State Park, New Hanover county.
Plant encore jeune pour être décrit.
L'extérieur du piège peut se teinter d'un rouge pâle verdâtre...

1 Caroline du Nord (N&P)
North Carolina
Dionée 'Caroline du Nord'

Forme type originaire de Caroline du Nord, origine garantie car le clone provient de chez J.J. Labat (N&P).

Les limbes inférieurs restent plutôt étroits et deviennent vert-jaune. Cette couleur transparaît au niveau du piège, d'où sa couleur rouge vermillon, qui gagne parfois le bord externe du piège en formant une ligne - voir photo. Les feuilles sont nettement dimorphes.

+++ Caroline du Sud
Sound Carolina
Dionée 'Caroline du Sud'

J'ignore la proximité exacte avec la forme sauvage rencontrée dans cet état américain mais elle semble correcte : les couleurs et l'aspect ne montrent pas de caractère extrême comme après une sélection horticole commerciale. Les pièges sont de belle taille mais c'est un peu normal pour que le clone ait mérité d'être multiplié et les feuilles érigées sont nettement décombantes - autrement dit elles ne restent pas collées au sol comme les feuilles prostrées mais montent légèrement et retombent.

  "Cerbere" => à Trichterfalle.
2 "Chapel Hill A"

Acquisition 2010.
Chapel Hill est une ville universitaire de Caroline du Nord. Le "A" désigne le clone. J'espérais qu'il s'agissait d'une forme sauvage, précieuse pour faire des comparaisons avec les formes horticoles mais cette ville est nettement plus au nord de la région naturelle de la Dionée... De toute manière, le clone est rouge et il n'y a pas de forme sauvage entièrement rouge.

++ "Chunky"
Dionée 'Chunky'
Une de mes variétés préférées et pourtant elle a un aspect frêle et délicat, avec le limbe inférieur très étroit portant un piège assez petit (guère plus de 2 cm) qui prend des nuances dégradées très progressivement du vert-jaune au rose et qui font le charme de la plante. Cette coloration reste stable toute l'année, ce qui n'est pas souvent le cas pour les autres variétés à couleur dégradée, mais une fois la coloration au top ne la placez pas trop en plein soleil, les nuances pâles délicates risquent de se durcir.
Les plants se ramifient facilement à la base donc on obtient facilement une gerbe de feuilles aériennes et non une grosse plante - sur la photo elle est au maximum de sa taille, ce qui s'obtient en retirant les pousses plus petites au fur et à mesure.
0 "Chupa Traps" Je devais la recevoir en 2010 mais ce fut impossible à cause du gel...
Origine italienne mais je n'ai pas trouvé de traduction à "chupa". En espagnol, cela veut dire "sucette", mais je ne vois pas le rapport. Il semblerait que ce soit de l'argot italien, disons une sucette un peu spéciale...
+ "Clayton's Red Sunset" (Triffid)
Acquisition 2007.
Une forme rouge... Sélection de Colin Clayton, Triffid Park, enregistrée en 2004. Sa "particularité" est d'être entièrement rouge sauf pour les dents naissantes qui sont jaunes. D'après le créateur elle perdrait toutes ses feuilles en hiver mais je n'ai pas vérifié.
+ "Clayton's Volcanic Red" (Triffid)
Encore une forme rouge... sélectionnée par Colin Clayton (Triffid Park), d'où le nom. C'est une belle plante qui ressemble à une "Royal Red" en plus vigoureux. Feuilles dimorphes dont les érigées ont des limbes inférieurs longs et en gouttière très étroite.
+ Clone C2
Dionée clone C2
Dionée clone C2

Les clones suivants C2, C3 et C6 avaient certainement un nom de variété à l'origine, car elles sont remarquables à tout point de vue. Malheureusement, il a été perdu avant qu'elles ne me parviennent : elles ne sont plus nommées que par un numéro...

Après des années d'observations j'ai tout de même une idée de ce que cela pourrait être, mais je n'irai pas au-delà : il ne faut JAMAIS renommer une plante... (Une seule exception, le changement de nom officiel. Le cultivar "Dentata" devrait être renommée systématiquement "Sawtooth". Idem pour S. minor"Okeefenokee Giant", sauvage, est devenue la variété sauvage okefenokeensis.)

Il s'agit certainement de "Fine Tooth x Red" pour C6 mais C2 de chez Triffid est très proche... Peut-être aussi C3... On est en plein dans une catégorie de plante qui change beaucoup selon le mode de culture, plus précisément ce qui s'est passé dans l'année qui a précédé.

D'autres clones "sans nom" de ma collection ne figurent pas dans cette liste car ils sont de classiques plants de jardinerie, aux pièges bien rouges.

+ Clone C3
Dionée clone C3

Voir ci-dessus commentaire du clone C2.
Cette plante ressemble beaucoup à la "Red Rosetted" et il s'agit peut-être du même clone...


++ Clone C6 (Triffid)
Dionée clone C6
Dionée clone C6
Dionée clone C6

Voir ci-dessus commentaire du clone C2.
Celui-ci vient normalement du producteur Triffid, mais en cherchant dans leur liste je ne trouve rien de ressemblant. De plus, j'ai plus ou moins toutes leurs dionées depuis longtemps et je n'ai rien remarqué de ressemblant.

Dans les meilleures conditions cette plante est éblouissante, il suffit de voir les photos. La deuxième me sert de fond d'écran...

+ "Clumping #1"
Dionée 'Clumping #1'
On entends dire parfois que les "Clumping' ont la particularité de grandir en touffe dense. Après trois ans de culture, je n'ai pas trouvé ce clone plus remarquable (sur ce point) que bien d'autres variétés, qui produisent plus de feuilles pendant la même période... et donc des touffes plus denses. Non, la différence est plus subtile, elle est dans le nombre de feuilles qui naissent en même temps en un point donné : chez la Dionée en général il peut y avoir jusqu'à trois feuilles de taille différente, ici il y a une petite couronne pleine de feuilles au même stade.
Il s'agit d'une forme prostrée dont les feuille prennent une couleur orangée pâle (un peu comme la "Microdent" mais plus jaune) avec un peu de rouge près des dents... Cette coloration est intéressante en soi.
+ "Clumping #2" Un autre clone très différent.
Fin septembre 2007 j'ai observé une impressionnante réduction du nombre de feuilles. Bref, assez bidon...
"Coq couché"
(english translation : "Slept Cock", don't use!)
Acquisition 2001.
Ce qui frappe est la très belle couleur rose à rouge que prend le bord du piège en un fin liseré, évidemment dans les meilleures conditions de culture. Les dents sont plutôt courtes, triangulaires et munies de quelques denticules. La couleur peut se manifester à l'intérieur du piège mais aussi à l'extérieur.
2 "Coquillage"
(english translation : "shell", don't use!)
Clone trouvé par Guillaume Bily mi-mai 2008.
Le piège présente une atrophie des dents, qui tendent à être remplacées par une sorte de bourrelet tout le long du piège, tandis que les pointes restantes sont perpendiculaires aux lobes.
++ "CP4 Traps"

Acquisition 2009.
Ce clone trouvé en jardinerie a des points communs avec la "Fused Tooth" au niveau des dents. Leur fusion est beaucoup plus modérée mais difficile à décrite. Elle forme des groupes de deux à quatre dents environ, jusqu'à six) mais elles sont plus courtes, cela n'entraîne pas les déformation caractéristique du piège de la "Fused Tooth". La vigueur est moindre (normale), le port est nettement érigé à maturité. Avec un bon éclairement, les pièges prennent une jolie couleur orangée, un peu comme la "Microdent", coloration qui arrive jusqu'aux dents.

+ "Crested Petioles"
Dionée 'Crested Petioles'
Dionée 'Crested Petioles' (excroissances)
Dionée 'Crested Petioles'
Dionée 'Crested Petioles'

La caractéristique immanquable concerne... "l'attache du piège", qui est la plus longue existante pour un piège normal ; la "Trichterfalle" est aussi dans ce cas mais le phénomène est très différent :
- Chez "Trichterfalle", sur une partie de la nervure qui doit former les lobes (du coté de la partie proche du pied) il n'y a pas de tissus capable de les former, d'où le fait que l'attache originelle, cylindrique, se trouve plus longue au détriment du piège.
- Ici c'est le limbe inférieur qui se rétrécit mais sans se réduire complètement à la nervure centrale. (cf. photo 1, qui montre la longueur de l'attache.)
Le nom vient du fait que le limbe inférieur ("petiole") forme des excroissances de tissus qui grandissent toute la vie de la feuille mais qui ne se forment que très peu en atmosphère faiblement humide, comme on peut le voir dans la même photo. Mais la "Trichterfalle" (et le clone proche XXX Schuppenstiel) présente aussi ce phénomène ! à se demander le lien qu'il peut bien y avoir entre les deux... J'ai essayé de rechercher des différences sur ce point mais c'est très fluctuant selon les conditions de culture. Chez la "Crested Petiole", les crêtes sont nettement plus abondantes en se rapprochant du piège et les jeunes plants semblent moins concernés, alors que chez la "Trichterfalle", il faut descendre vraiment près de la base pour que cela disparaisse et les plants miniatures en sont déjà recouverts.

Les sacs polliniques des fleurs restent presque toujours fermés et les ovules (non visibles) sont manifestement très souvent stériles.

2 "Crocodile"
Acquisition 2009.
Les pièges sont fusionnés avec le limbe inférieur mais sans transition, sans attache, ce qui donne un aspect plus fusionné que pour la "Korrigans", l'impressions que la zone concernée est plus large. Ne pas confondre avec "Petiole soudé" ou "Fused Petiole" réservé à ce dernier clone.
Je cherche un plant de bonne taille, le plant que l'on m'a fourni était en mauvais état, il n'en reste que des plantules de quelques millimètres...
2 "Cropped Tooth Blotchy"
Dionée 'Clumping #1'
Acquisition 2009.
Les dents sont comme tronquées, littéralement "taillées", "tondues", "écourtées" en anglais.
La coloration du piège varie beaucoup selon les conditions de culture. Lorsqu'elles sont ordinaires, elle est... ordinaire ! Mais si l'absence de nourriture se fait sentir, ils se colorent progressivement de marbrures ("blotchy" en anglais, pas "blootchy" !) rouges sur un fond vert-jaune, ce qui peut donner des nuances orangées surprenante comme sur la photo. Cela concerne l'intérieur comme l'extérieur du piège.
(Photo de Trevor Cox.)
++ "Cross Teeth"
Dionée 'Cross Teeth'
Souvent, les dents partent dans tous les sens, d'où le nom, et sont fusionnées à la base.
Les bords du limbe inférieur sont recourbés vers le dessus de la feuille, comme une tuile à l'envers... Des excroissances bizarres de tissus, indescriptibles et à voir sur photo, se forment sur la face inférieure du limbe et non le dessus comme chez "Trichterfalle", "Crested Petioles", "XXX Schuppenstiel"...
Hypothèse : j'ai écrit ici que l'on imaginait mal qu'une seule mutation puisse produire deux effets si distincts mais j'avais oublié que c'était la définition même d'un gène pléiotrope. Par exemple, la mutation "gl" de la souris modifie la couleur de la peau ET la croissance des os. L'évolution des êtres vivants reposent sur des mutations mais il ne faudrait pas voir de lien direct "un gène - un effet visible". Un gène intervient dans une cascade de mécanismes mais il en faut très peu pour que l'un d'entre eux soit en partie utilisé aussi pour autre chose à un moment donné de l'évolution. Dans le cas présent, le gène en question pourrait intervenir par exemple dans la synthèse d'une protéine régulatrice qui favoriserait la croissance de certaines cellules :
- s'il est normal le limbe inférieur et les dents pourraient croître normalement,
- s'il est altéré, au stade embryonnaire de la feuille certaines cellules du limbe inférieur ne se multiplieraient pas mais les autres oui - d'où des excroissances mais sur un limbe réduit - et les cellules entre les futures dents aussi - d'où le fait qu'elles restent jointives la croissance terminée. (Imaginer le phénomène de manière dynamique, pendant la croissance de la feuille, quand les tissus sont déjà différenciés MAIS encore embryonnaires et avec des formes différentes...)
Souvent stérile. Voir commentaires sur "Long Red Fingers", peut-être la même plante.
2 "Cudo"
Dionée 'Cudo'

Une des dionée les plus étranges, qui nous vient de Slovaquie, sélectionnée par Miroslav Srba à partir de semis classique sans traitement particulier. Le mot "čudo" se prononce "tchoudo" ce qui veut dire "merveille" en slovaque, avec une idée de "curiosité"...
Je l'avais classée parmi les dionées dites "néoténiques" car je pensais qu'elle fleurissait comme d'autres pygmées, mais c'est faux !
Les feuilles sont miniatures, avec un piège très recourbé, très peu ouvert, des dents atrophiées. Les lobes sont très peu mobiles et j'ai une hypothèse sous réserve pour expliquer le phénomène. J'ai été étonné de leur rigidité dans de bonnes conditions de culture, ils sont comme épaissis. Or, c'est l'expansion brusque du feuillet externe (tandis que le feuillet interne ne change pas) qui produit la courbure des lobes : s'ils sont trop espacés (en proportion) la courbure est limitée. (Voir fichiers en Flash dans les Dossiers.)
Le rhizome devient assez gros en proportion mais malheureusement pas le système racinaire, ce qui semble son point faible : veillez à conserver le substrat bien humide. C'est sans doute l'une des raisons pour laquelle certains la perdent. Culture très délicate, avec aussi beaucoup de lumière. Quant à la nourrir...

+++ "Cupped Trap"
= "Cup Trap"
Dionée 'Cup Trap'
Trouvaille de S. Stewart (1998) déposé par lui-même à l'enregistrement en 2004, sous le nom "Cupped Trap", ce cultivar est célèbre pour ses pièges dont les lobes restent reliés du coté de l'extrémité de la feuille, d'où un aspect de cuillère, et non de "tasse" - ou bien nous n'avons pas dû utiliser les mêmes . Ils restent fonctionnels.
En fait, c'est un peu plus compliqué que cela car les pièges sont également anormalement courts, comme s'ils avaient été coupés et soudés au milieu. Je ne sais pas pourquoi ce fait est rarement évoqué - enfin, à l'heure où j'écris . De même, la plante est réputée rester petite, avoir seulement des feuilles prostrées. Tout cela est faux. Mon plant a une croissance normale et a vite atteint un diamètre de 12 cm... sous réserve d'un air bien humide. Il est remarquable de constater que les pièges ne grossissent pas en proportion. Les feuilles sont bien dimorphes, comme on peut le voir sur la photo.
Il existe une confusion avec un autre clone, japonais celui-ci, apparu l'année suivant en culture in vitro, la "Kinchyaku" - voir à ce nom.
Éviter de laisser les hampes florales pousser car elles absorbent toutes les ressources au printemps et aucune feuille ne sera produite jusqu'à la fin : comme les pièges sont petits, elle aura peu d'occasion de se nourrir.
La "Red Cup Trap" est bien sûr une forme rouge issue d'une hybridation.
+ "Delighted Comb"

Clone trouvé dans un semis spontané personnel, de forme prostrée.
Ce qui frappe en premier ce sont les dents d'une grande finesse, comme celles d'un peigne, "Comb" en anglais, mais souvent un peu déviées.
Ensuite vient l'intense vermillon de l'intérieur des pièges qui apparaît aussi sur la face externe en donnant avec le vert des nuances dégradées. Cette combinaison se propage en partie sur le limbe inférieur, en particulier la nervure centrale.
Enfin, les pièges sont souvent plus long, jusqu'à 50 %, et le nombre de dents varie en conséquence, il est donc plus élevé que la normale.

  "Dentata"
(illegal latin name)

Ancien nom (à proscrire car latin interdit pour les cultivars) de la "Sawtooth".
Old name for "Sawtooth".

  "Dentate Traps" Syn. de "Dentée" en français (ci-dessous).
++ "Dentate Traps X11"

D'après le producteur : "Joli clone miniature avec les dents triangulaires courtes (comme des dents de requins), couleur des pièges vert-orange, seulement 2 poils sensitifs sur chaque lobe".
Ma description sera différente : la plante n'est pas du tout miniature (ils pourraient attendre un peu avant de dire ça...) et les dents triangulaires sont BEAUCOUP plus courtes que les Dentate habituelles. C'est même l'intérêt de la plante ! En fait, elles sont nettement plus larges que hautes alors que ces dimensions sont presque identiques pour les Dent de Requin, Dentée, Shark Teeth... (Évidemment en prenant des pièges de bonne taille : sauf cas particulier, les petits pièges des Dionées ont tendance à avoir des dents beaucoup plus longues, même chez la "Sawtooth" !)
La couleur vert orange n'est pas évidente...

Les pièges de la plante adulte, plus grands, montrent une certaine désorganisation au niveau des poils sensitifs : poils atrophiés (observé au centre), poils deux fois plus gros, nombre irrégulier - deux mais le plus souvent trois ou plus....

+++ "Dentée" (Nature & Paysages)
Dentate Traps form, Dente (Dentata is an illegal name)
Dionée 'Dentée'
Dionée 'Dentée'

Comme la "Dent de Requin" mais les denticules sont généralement absentes. La plante est plus vigoureuse, aussi belle et ses pièges sont peut-être un peu plus durables après les digestions... Les dents sont renforcées comme chez la forme type, contrairement à celles de la "Dent de Requin" souvent translucides, un peu membraneuses comme la "Sawtooth" - ex-Dentata. Voir aussi commentaire sur la "Sawtooth".
Le type "Dentate Traps" concernait à l'origine l'ensemble des Dionées à dents devenues triangulaires par réduction de leur longueur mais il a été étendu à toutes celles à dents réduites, comme "Sawtooth" ou "Microdent" , ce qui est dommage car l'origine génétique est à l'évidence différente : "Sawtooth" n'a plus de renfort, les dents sont plutôt une découpe profonde du bord qu'une excroissance et "Microdent" semble résulter d'une production de dents anarchiques d'où à la fois un surnombre et une réduction de taille considérables.
Enregistré le 30-03-2000 par B.Meyers-Rice.

++ "Dents de Requin" (Nature & P.)
"Jaws" ? *
Dionée 'Dents de Requin' (Nature & P.)
Dionée 'Dents de Requin' (Nature & P.)

Croissance lente mais vraies dents de requin. Ressemblerait à la forme "Jaws" ("Machoires" en angl.) plutôt qu'à la vraie "'Shark Teeth'" de Triffid, visible plus bas. On remarque une dentelure secondaire plus fine des dents triangulaire, quelquefois absente
Après 8 ans de culture les plants continuent à grossir au lieu de se ramifier sans arrêt comme souvent, et les feuilles augmentent en taille également, ce qui fait qu'ils commencent à avoir une taille sérieuse. Un nourrissage important produirait sans doute une augmentation des ramifications du rhizome, bref plus de pousses mais moins d'augmentation de taille...

2 "Dents Longues"
'Large Teeth' (translation)
Dionée 'Dents Longues'
Les feuilles, surtout, sont très très longues et d'une finesse incroyable... Les plus longues que j'ai eues (et vues) jusqu'à présent. Correspond donc à une filiformis géante. Les pièges sont souvent eux-aussi très grands mais comme ce n'est pas disproportionné, c'est plus discret. Il faut un pot très haut ou une grille circulaire sinon les feuilles vont s'étaler partout. Le pot sur la photo n'est pas de Ø 12 cm mais de 17 cm !
The name 'Large Teeth' is a personal literal translation from French.
+ "Dents Stress"
Acquisition 2009.
Clone à feuilles dimorphes de type "Dentate" mais avec des dents ayant tendance à être tournées vers l'intérieur du piège... Nommé aussi "Dents Stressées" ou "Sämling", transformé en "Samling" avec notre alphabet.
L'utilisation de ce dernier nom est, selon moi, une erreur car il veut dire tout simplement "semis" en allemand ! Si vous avez un plant sous ce nom, essayez de remonter à l'origine de plant et renommer le s'il n'y a pas d'erreur possible.
++ "Dingley Giant"
Dionée 'Dingley Giant'

D'après les photographies et dans de bonnes conditions de culture, les pièges semblent être de grande taille en général et leur couleur normale est rouge foncé... Pour l'instant celle que j'ai n'est pas remarquable.
Observation au 31/03/2006 : les feuilles prostrées manifestent une dentelure très marquée du limbe inférieur, bien plus que mes autres variétés ; seule une feuille d'été restante, érigée et à limbe étroit, n'en présente pas.
Observation au 09/04/2006 : la "Long Red Fingers" présentait aussi cet aspect en juin 2004 quand je l'ai reçue (constaté dans mes photos hors ligne) mais ce n'est plus le cas, question de maturité sans doute...
Observation au 04/08/2007 : les feuilles présentent toujours cette dentelure mais très atténuée.

+ "Dracula"

Acquisition 2009.
Bel hybride aux feuilles dimorphes, réalisé par Trevor Cox en croisant la "G14" et une "Dentate". Attention, il s'agit d'une sélection : en aucune manière un autre hybride "G14" X "Dentate" ne peut porter ce nom !
Ce qui frappe immédiatement, c'est l'incroyable courbure des pièges, qui atteint ou dépasse couramment 90°!
Il est du groupe "Dentate" (= "Denté" en français) car les dents sont très courtes et triangulaires.
Le limbe inférieur est vert vif, ce qui peut contraster fortement avec le piège. En effet, celui-ci peut être entièrement rouge, c'est le second intérêt de ce clone. On peut voir ainsi quelques photos extraordinaires (non retouchées pour celles de Trev) mais il faut bien reconnaître que dans la réalité cette situation est rare : pour obtenir des couleurs aussi vives, il ne faut pas nourrir la plante ! Comme ce clone est peu fréquent (moins de 10 personnes la possédaient en août 2009) il est tentant de faire justement le contraire pour la multiplier... Pas étonnant que certains soient déçus...

+ "Dutch" (Triffid) "Dutch", autrement dit une hollandaise... Rien de spécial.
+ "Dutch Delight" "Dutch Delight", autrement dit "ravissement hollandais"...
Clone hollandais d'un très beau vert (intérieur des pièges pas ou très peu teinté d'orange) et remarquable par la longueur de ses dents, souvent fusionnées par deux, voire trois.
++ érigée (forme)
Upright Form
(Erectus is an illegal name)

Dionée forme érigée
Le contraire de la forme prostrée : peu de feuilles prostrées, c-à-d vraiment plaquée au sol.
Erectus est un nom interdit, même pour les chauds lapins .
+++ "Fang" (Triffid)
Dionée 'Fang', piège double

En temps normal, les pièges prennent rapidement une couleur rougeâtre, assez particulière, comme délavée, mais sans la phase avec zonations visible chez "Paradisia". En cas de nourriture réduite le rouge devient intense. Ils sont d'une très belle taille et ont une courbure de la nervure centrale très marquée qui leur donne un profil en forme de "C". Il faut donc quelquefois l'aider un peu à se fermer ! mais quand ça part, en revanche...
Le limbe inférieur est très large et robuste, rendant la plante particulièrement présentable - sans feuilles retombant un peu partout...
Il s'agit donc d'un clone sans mutation spectaculaire mais une belle réussite en tant que sélection horticole.
La photographie présente un très beau piège caractéristique mais double...

  "F04" (BCP) Voir Red Fused Petiole, car c'est manifestement le vrai nom. Déjà que cet usage des "matricules" est pénible chez Best Carnivorous Plants, si en plus ils brouillent les pistes et re-nomment les variétés...
+ "F12" Acquisition 2007.
Une forme rouge à feuilles dimorphes, avec des dents un peu particulière. Présence fréquente d'une bordure jaune-vert... comme pour la "Royal Red". Une distinction entre les deux réside dans la forme des dents : chez ce clone F12 elles sont la plupart du temps nettement triangulaires, donc avec rétrécissement moins marqué vers la base, ce qui la ramène dans le groupe Dentate. La conséquence fréquente dans ce genre de cas est qu'une dentition secondaire apparaît sur les gros pièges - et son abondance varie subtilement d'un clone à l'autre.
Inversement, les dents sont très petites chez les feuilles prostrées, donc en automne-hiver.
+++ "Fast" (Triffid) Rien à signaler. D'après Triffid, elle pousserait plus vite. Bof... Cette information semble destinée aux revendeurs et elle est peut-être vraie pour des plantes très jeunes ou in vitro (?). Sa croissance chez moi depuis 2000 est très moyenne et elle ne présente aucun intérêt !
+ "Filiform Giant" (forme filiformis)
[Changement de nom !]
Dionée forme filiformis
Dionée forme filiformis
Dionée forme filiformis, détail du rhizome

Le limbe inférieur est étroit, se réduit souvent pratiquement qu'à la nervure centrale : la feuille ainsi allégée est souvent érigée mais pas mal de feuilles sont couchées en fin de saison. Cette nervure est solide, lignifiée, ce qui rend la feuille résistante à la traction, même en profondeur. Si vous avez l'habitude de tirer sur les vieilles feuilles pour les éliminer, n'y songer pas avec cette forme car tout viendrait avec, à coup sûr. Un autre caractère observé sur mon clone est la grande vigueur du rhizome, qui se ramifie très peu, devient énorme et plonge très profondément. Malgré cela, les jeunes feuilles sont assez rigides pour percer le substrat sans problème, le piège encore jeune bien serré et replié comme lorsque l'on pique du coude. Tout se passe comme si cette forme s'était adaptée à des conditions plus sèches !

Ne pas confondre avec les formes érigées, dont le limbe inférieur est lui aussi plus ou moins vertical MAIS souvent d'une largeur normale.

Théoriquement, tout nom de variété sauvage peut être réutilisé pour nom de cultivar car on passe du registre "botanique" au registre "horticulture". Dans ce cas, le nom prend forcément une majuscule et ne s'écrit plus en italique ou souligné. Bref, cela donnerait théoriquement Dionaea muscipula "Filiformis". MAIS, une règle de ICPS rejette tout nom de cultivar ayant une forme latine ! Bilan : j'ai renommé ce clone "Filiform Giant", pas le choix... (Ce n'est ni du français ni de l'anglais ni du latin mais un nom que "tout le monde" peut comprendre.)

++ "Filiformis Large"
'Wide Filiformis' (translation)
Dionée 'Filiformis Large'
Dionée 'Filiformis Large'
Limbe inférieur filiforme également mais beaucoup plus large et prostré. Le piège est au bout d'une bande large, souvent peu triangulaire, ce qui donne un aspect très inhabituel, que personnellement j'aime bien... Prostrée, la plante recouvre littéralement le sol à cause de la largeur des limbes. "Large" n'est donc vraiment pas le mot anglais qui signifie "long" mais bien notre mot français. La traduction anglaise est personnelle, n'ayant trouvé trace de cette variété nulle part, qui est rare en collection...
+++ "Fine Tooth" x "Red" (Triffid)
Dionée 'Finetooth x Red'

Surprenante variété prostrée qui peut être assez banale en début de saison puis devient très belle avec des pièges rouge intense depuis la fin du printemps jusqu'à la fin de l'été, le reste contrastant avec un passage d'un vert ordinaire à un beau vert pomme. Bref, nourrie très modérément dès qu'elle sera d'une belle taille, vous la verrez exploser de couleurs
C'est le croisement (sélectionné) de la "Sawtooth" (ancien nom "Fine Tooth" entre autres...) et de l'ancêtre des formes rouges ("All Red" = "Holland Red") mais ça ne se devine pas car les dents sont "normales" hors mis le fait qu'elles sont souvent d'un beau rose, quelquefois regroupées par deux ou trois. Chez les gros pièges ces dents sont plus large que la dent type.

Il est dommage que cet hybride n'ait pas reçu un vrai nom car il suffit de croiser de nouveau une "Sawtooth" et une "All Red" pour obtenir théoriquement une plante avec ce même nom, même si le résultat n'aura certainement rien à voir. C'est peut-être ce qui a été fait avec la "Fine Tooth" x "Red" #2 ci-dessous.

PS : on trouve souvent l'écriture "Fine Tooth x Red" mais il s'agit bien de "Fine Tooth" x "Red", avec les guillemets qui entourent chaque nom, puisque c'est bien la description d'un hybride.

+ "Fine Tooth" x "Red" #2

Je n'en connais pas l'origine mais ce clone est beaucoup plus récent que le précédent et si vous avez des infos je suis preneur... S'il s'agit d'un descendant obtenu à partir des graines de "Fine Tooth x Red" par autofécondation alors ce nom est "illégal", pour ne pas dire absurde. En effet soit, on lui donne un nouveau nom (mais on perd son pedigree, du moins dans le nom) soit, il faut l'appeler "(Fine Tooth x Red) x (Fine Tooth x Red)" ! Il s'agit peut-être (?) de ce dernier cas, qui était tout de même un peu long... En revanche, si la "Fine Tooth x Red" avait été appelée "Machin" on aurait pu nommer ce nouveau clone "Machin #2" car "#2" est un raccourci pour dire "hybride F2" c'est-à-dire le résultat du croisement d'un hybride F1 avec lui-même.
Mon plant n'a rien à voir avec une "Fine Tooth x Red" ! Il ressemble à une forme dentée (groupe "Dentate", avec ses dents triangulaire) avec dents un peu plus longue et des feuilles érigée au printemps alors que la "Fine Tooth x Red" ne produit que des feuilles prostrées et très différentes.
Pour l'instant je trouve ce nom suspect...

+ "Fondue" Acquisition 2009.
Clone trouvé par Guillaume Bily mi-mai 2008.
Les pièges portent très bien leur nom : ils paraissent comme fondus, avec une forte tendance à conserver des lobes enroulés. Le phénomène disparaît avec la chute de l'éclairement : cela m'a été rapporté mais je n'ai pas expérimenté moi-même ; mon plant est bien éclairé et conforme.
J'ai pensé qu'il s'agissait d'une mutation empêchant une croissance normale des lobes et donc des dents mais c'est plus subtil... En effet, les lobes forment des fausses dents, irrégulièrement. Pourquoi "fausses" ? Simplement parce qu'elles sont plutôt formées à partir du lobe lui-même et non de son prolongement. Je base cette remarque sur une constatation : les dents ont tendance à se replier lors de la fermeture !
On pourrait dire que le clone "Wacky Trap" est comme une exagération du phénomène mais sans amorce de dents.
0 "Framboisine"

Ce joli nom est celui d'un cocktail à base de framboise - rien d'étonnant quand on connaît le créateur et son apologie des beuveries . Il s'agit en effet d'un hybride de type prostré issu des croisements empiriques réalisés par Lucien B. - pas de nom de famille car il veut garder l'anonymat . Son unique intérêt réside dans ses nuances de couleurs (je parle de la plante) qui rappellent parfois celles de la framboise mûrissante, ou la "Sandokan" chez les Dionées. La base semble être une dionée de couleurs jaune ("Yellow" et variantes) et une dionée prostrée à nuances rouges. Il y aura intérêt à priver la plante de nourriture sous peine de la voir perdre assurément ses belles teintes rouges à orangées.
Je devais recevoir cette plante en 2010 mais il y avait une confusion dans l'e-mail... En fait, elle n'est pas diffusée par son créateur.

  "Funnel Trap" Synonyme de Trichterfalle. See to Trichterfalle.
+ "Fused Long Piège"
Dionée clone C2

Nom provisoire, descriptif...
Il s'agit d'un clone vigoureux trouvé dans une tourbière artificielle et résultant très certainement d'au moins une hybridation. Les pièges sont inhabituellement longs, les dents courtes et fines, le port uniquement érigé. La personne qui me l'a procurée m'a rapporté que les pièges en formation poussaient de biais : ceci arrive parfois, j'attends de voir s'il y a vraiment un caractère constant pour ce clone. Idem pour d'autres remarques : l'espace interdentaire (comme disent les dentistes) a tendance à former une pointe plus ou moins marquée, comme la comme "Knuckleduster" ou la "G9" ici présente, ou encore 7 poils sensitifs par lobes... Sur les quelques pièges dont je dispose il y a une fusion de trois dents - d'où cette photo. Donc un ensemble de caractères qui mérite la conservation, au moins une observation plus longue.

  "Fused Petiole" => "Korrigans". Le clone originel a disparu.
++++ "Fused Tooth"
Dionée 'Fused Tooth'
Dionée 'Fused Tooth'
Dionée 'Fused Tooth'
Dionée 'Fused Tooth'
Dionée 'Fused Tooth'
Dionée 'Fused Tooth'

Très belle variété extraordinaire, intéressante même jeune et qui subit un cycle annuel surprenant mais pas toujours complet. Elle a été produite en culture in vitro par Thomas Carrow en 1990. Déposée à l'ICPS et enregistré le 30-12-2004 par d'Amato.
En début de saison, elle ressemble fortement à la "Fine Tooth x Red" lorsqu'elle est épanouie, avec des limbes inférieurs vert un peu jaune qui contrastent avec des pièges rouges aux dents de forme normale...
Puis progressivement, et de plus en plus jusqu'au milieu de l'été, apparaissent des dents fusionnées, les feuilles deviennent plus épaisses et rigide voire cassantes. Même les cils grossissent ! Celle-là, j'aimerais bien voir le nombre de chromosomes, un doublement ne m'étonnerait pas, à moins que seuls certains gènes ne soient dupliqués...
Le phénomène est très sensible à la quantité de lumière : à l'ombre vous n'aurez qu'une plante très solide, très verte sauf au niveau du piège mais absolument pas de fusion.
On observe bien la progression sur la troisième photo, les feuilles récentes étant bien sûr au dessus.

A noter que depuis 2005-2006 un nombre croissant de nouveaux cultivars produisent cette fusion des dents, sans forcément avoir un lien de parenté. Cela peut être indiqué dans le nom, comme "Fused Tooth Extreme", "Fused Tooth China", "Fused Tooth Perso I", "Fuzzy Tooth" ou pas, comme "Ellis Shark Teth". On trouve de nombreux commentaires pour signaler des nuances mais comme les conditions de culture sont différentes ces comparaisons n'ont aucun intérêt.

+ "Fused Tooth Extreme"

Acquisition 2010.
"Extreme" et non "Extrem" !
La "Fused Tooth" a été le premier clone à dents fusionnées mais le phénomène a été retrouvé depuis et les clones conservés. En voici un, que pour l'instant je ne décrirais pas car obtenu trop récemment. Le centre du piège serait plus rouge mais cette caractéristique dépend beaucoup trop des conditions de culture.
Je ne pense pas que le caractère "extrême" concerne la fusion des dents car la "Fused Tooth" est elle-même extrêmement fusionnée si la luminosité reçue est élevée...

+ "Fused Tooth Perso I"

Acquisition 2009. Nom provisoire.
Clone trouvé en jardinerie en août 2008.
Une variation de la "Fused Tooth", à feuilles dimorphes et non seulement prostrées.

++ "Fuzzy Tooth"
Dionée Fuzzy Tooth
Acquisition 2008.
"Fuzzy" c'est un diminutif pour "Fused" car, effectivement, c'est une sorte de "Fused Tooth" non pas légèrement fusionnée mais de taille plus petite. Euh... enfin c'était le cas au début ! Effectivement, au bout de deux ans de culture mon plant est aussi grand que des "Fused Tooth" ! Dire qu'il est identique serait excessif mais cela tiendrait à peu de choses, comme une capacité à rougir facilement coté externe des pièges.
Feuilles dimorphes.
2 "Fussy Teeth"

Acquisition 2009.
Cette plante est en observation, je manque encore d'informations à son sujet.
"Fussy" pourrait être traduit par "tarabiscoté" ou "trop chargé". C'est vrai que les dents sont abondantes...
Sa particularité serait la présence de nombreux poils sensitifs mais extrêmement petits... J'attends que mon plant grandisse pour en dire plus. Pour l'instant, le nombre de dents semble assez normal mais avec une disposition anarchique et une petite taille, aussi je pense qu'avec la taille le nombre risque de croître.
Attention à ne pas confondre avec la "Fuzzy Tooth", aussi j'espère qu'elle sera renommée...

"G6"
Acquisition 2010.
Il y a une série de clones nommés par un "G" suivi d'un nombre : il s'agit de plantes de la collection de Graham Sadd, le "G" c'est pour "Graham" et non "Giant" :-).
Cultivar dont la particularité semble d'avoir de très longues dents sinon il ne m'apparaît pas très original. Je dirais qu'il date un peu, le milieu des années 1990  : ce clone est déjà ancien. La plante reste néanmoins esthétique et équilibrée, la coloration de l'intérieur des pièges est souvent douce, avec des nuances délicates entre le vert pâle et le rouge vermillon pâle.
"G9"
Acquisition 2009.
Cultivar dont la particularité est d'avoir au niveau des espaces interdentaires comme de pseudo-dents tournées dans le sens opposé des dents, donc vers l'extérieur du piège, ce qui donne un aspect en zigzag pour la bordure. Il y a d'autres cultivars qui ont aussi cette particularité (comme "Knuckleduster" ou plus récent "Zickzackkiefer" ) mais le clone "G9" est le plus constant et le plus marqué.
  "G12" => "All Green Giant" : sans doute le même clone.
+ "G14" =
"Dirk Ventham's Giant"
Plantes à gros pièges entièrement rouges (extérieur inclus, dans de bonnes conditions) sur des limbes inférieurs courts assez étroits vert à vert jaune en pleine lumière.
+ "G16"

Faussement appelé "Adrian Slack's Giant" : évitez absolument ce nom ambigu qui désigne deux clones différents ! Pour Graham Sadd, "G16", "Adrian Slack's Giant" et 'South West Giant' sont identiques mais c'est complètement faux ! Mais c'est un fait que plusieurs clones circulent sous ses noms, pas étonnant ;-(
Il est donc nécessaire d'utiliser les photographies pour essayer de s'y retrouver : ne vous la procurez que si vous avez pu comparer avant...
(Il y a toute une série de géantes numérotées ainsi, en "Gxx" mais toutes ne passeront pas à la postérité ...)

"Gap Teeth"

Acquisition 2009.
Littéralement "Dents espacées" : c'est effectivement le cas...


+ "GC4"
Dionée géante GC4
Dionée géante GC4

(J'ai re-baptisés sur la base "GC+numéro" - pour les distinguer des clones "G+numéro" qui existent déjà - des clones obtenus sans nom de variété en 2000...)

La "GC4" produit des feuilles érigées avec un piège très grand sur un très long limbe inférieur, plutôt étroit et légèrement retourné vers la face inférieure. A la fin de l'été, les pièges prennent, au centre, une couleur rouge orangé. Ils poussent alors prostrés avec une taille plus réduite, donc la plante est bien dimorphe mais avec un net avantage au type érigé.
C'est la forme géante la plus spectaculaire que j'ai vu. J'ai mis longtemps avant d'arriver à la situer par rapport aux variétés connues mais je suis sûr à 90 % qu'il s'agit en fait d'une South West Giant : c'est simple, elles ne montrent rien de particulier à part le fait que les deux font les pièges les plus gros que j'ai jamais vu... et les fleurs aussi, d'ailleurs. Trev Cox m'a fait remarquer (en 2009) que cette dernière présentait parfois quelques dents multifides : j'ai constaté que c'était vrai mais n'ai rien remarqué encore sur la GC4... Donc affaire à suivre...

La photo ci-jointe montre un piège géant de 5,15 cm : voir explications à la rubrique South West Giant.

+ "GC5" (réf. perso)
Dionée géante GC6
La "GC5" produit dans des conditions favorables (beaucoup de lumière, peu de nourriture) une ligne rouge le long des dents à l'extérieur du piège, comme le montre la photo. Elle rappelle fortement la "Red Line" et j'attends que celle-ci grandisse pour comparer...
+++ "GC6" (réf. perso)
Dionée géante GC6

La "GC6" produit des feuilles dimorphes avec un limbe inférieur court. Les pièges sont très peu arqués, presque droits. Le caractère géante est un peu "limite"... C'était sans doute remarquable à l'époque de sa création.
L'extérieur du piège peut prendre une teinte rouge, ce qui est inhabituel.
Elle me fait penser un peu à la "Marston’s Giant"

1 "Giant All Red" Croissance lente mais constante Je suis assez déçu, elle est nettement moins vigoureuse que mon hybride personnel "Akai Ryu" x "Royal Red". Mais elle se très ramifie peu, ce qui fait que sa taille augmente progressivement
Notez que l'on trouve aussi le nom "All Red Giant" sur le Web j'ignore s'il s'agit de la même plante : les photos ne sont pas assez nombreuses. Si vous avez des info...
"Giant Arced Traps"
(= "H03" ?)

Le nom parle de lui même. Je n'ai pas trouvé d'information et ne sais pas encore s'il s'agit de la H03 de BCP.

 

"Giant Big Mouth"

=> "Big Mouth". En effet, c'est l'un des deux clones nommés ainsi...
+ "Giant Form" Acquisition 2010.
Forme géante verte à peine teintée d'orange à l'intérieur du piège.
2 "Giant Form" x "Red Piranha"
Acquisition 2010.
Hybride complexe de grande taille réalisé par Trevor Cox, entre la "Giant Form", une forme géante verte à peine teintée d'orange à l'intérieur du piège, et le célèbre clone rouge "Red Piranha".
Le résultat est un superbe clone intermédiaire et riche au niveau des couleurs (vert-jaune pâle à orangé) qui a conservé les dents de la "Red Piranha" (groupe Dentate avec denticules très marquées.
++ "Giant Peach"
Dionée géante GC6
Acquisition 2009.
Variété géante dont la couleur très douce et inhabituelle rappelle la chair de certaines pêches, d'où ce nom, donné par Kevin Neave en 2002 . Mais elle n'apparaîtra que dans d'excellentes conditions.
La coloration est très intéressante : elle est beaucoup plus marquée sur toute la marge du piège. Elle varie évidemment beaucoup durant l'année.
(Photo affichée : Trevor Cox)
"Gold Form" Acquisition 2010.
Clone qui devrait devenir jaune d'or au soleil. Jeune plant encore vert...
+ "Grande Gueule" Acquisition 2008.
Ce clone trouvé en jardinerie par Aïda Pereira est sensé avoir des pièges de grande taille mais pour l'instant mon plant ne montre rien de spécial.
Apparemment des boutures montrent un aspect radicalement différant. Certaines sont prostrées avec des pièges assez classiques, un peu rouge sur l'extérieur toutefois. D'autres sont avec des feuilles érigées d'une taille exceptionnelle, une vingtaine de centimètres. J'attends de voir évoluer tout cela...
Sa résistance au froid serait exceptionnelle : il m'a été rapporté qu'un plant a résisté à un froid aussi agressif que - 12°C et a continué à se développer à... - 5°C ! Bon, je ne fais que rapporté l'information pour l'instant.
J'avoue que ce qui m'a plu avant tout c'était son nom .
2 "Green Dragon" Il s'agit d'une mutation obtenue en 1996 en culture in vitro de "Akai Ryu" (="Red Dragon") mais la bordure jaune de celle-ci (quand elle est présente) est remplacée par une bordure verte, assez constante, d'où le nom.
Enregistré par Marcus Erbacher et M. Stoeckl.
+ "Green Salad"
(pas de photo en ligne)
Acquisition 2009.
Une forme vert très pâle...
+ "Green Sawtooth"

Acquisition 2010.
Ce nom correspond à plusieurs clones, en fait toutes les dionées à dents de type "Sawtooth" qui se trouvaient être entièrement verte...
- La première mention semble être un achat en 2000.
- Un certain Guttata a déclaré avoir trouvé une "Sawtooth" entièrement verte en jardinerie, en en 2005.
Au moins un clone présente un très beau vert, comme "fluo"...

+ "Green Swamp", Brunswick Co., North Carolina
Clone sauvage de forme type originaire de Green Swamp du comté de Brunswick en Caroline du Nord.
Le lien vers la photo montre un exemplaire dans la nature. Feuilles dimorphes à limbe inférieur large et vert-jaune portant un piège d'un rouge intense.
+ "Green Wizard"
Acquisition 2010.
Clone intéressant distribué en 2010 par Araflora. Le "Magicien Vert" a un aspect assez curieux : les pièges ressemblent à ceux de la "Coquillage" mais encore plus marqué car il n'y a presque plus de dents. Sa croissance est très rapide, cela suffit à la distinguer de cette dernière... Le piège fermé ont tout à fait l'aspect de palourdes - de coques si vous préférez...
+ "H09" Acquisition 2007.
Feuilles dimorphes, tache rouge sombre au milieu des pièges tendant à rejoindre les bords. Pièges très arqués avec, d'après le producteur, toujours cette fameuse paire de poils sensitifs problématique...
2 "H12" D'après le producteur, elle ressemble à la "Red Piranha" : forme entièrement rouge avec des dents plus longues au printemps et parfois une ligne verte en bordure du piège. Et la différence ?
+ "H13" Belle plante aux feuilles dimorphes à limbe plutôt étroit et piège arqué d'un rouge très foncé qui s'étend souvent aux dents, longues, et même parfois à l'extérieur.
+ "H52"
Plante encore de taille moyenne mais qui présente un aspect plutôt classique, avec trois poils sensitifs par lobe et non deux comme ils prétendent... Du reste, j'ai vu un gros plant en ligne où l'on voit bien trois cils également .
  "Hela 3" Rien de remarquable pour l'instant, en dehors de son caractère entièrement vert. A comparer plus tard avec le clone "Heterodoxa" ci-dessous.
+ "Heterodoxa"
Acquisition 2008.
Cette variété est assimilée à la "All Green", "Green Traps" et "Justine Davis" dont le nom est déposé. J'attends de voir, puisque j'ai les deux maintenant.
Il m'a été rapporté l'existence de traces rouges ou rose et j'ai cru cela d'abord impossible mais je suis allé un peu vite : j'avais en tête le nom "heterophylla", terme qui désigne les plantes mutantes ayant perdu la capacité à produire le pigment rouge, de la famille des anthocyanes. Mea culpa.
+ "Holland Red"
= "All Red" (old name)
= "Red" (old name)

Acquisition 2008.
Cette variété est manifestement à l'origine de toutes les formes rouges actuelles. Elle a été sélectionnée à partir d'une grande quantité de dionées colorées envoyées aux Pays-Bas au milieu des années 70. Enregistré par Marcus Erbacher et M. Stoeckl.
C'est elle le "Red" de l'hybride "Fine Tooth" x "Red" par exemple. Il a un aspect qui n'a à peu près aucun rapport avec ses (prétendus) parents, dont les plants matures n'ont pas de port prostré, dont les dents ne sont ni rose ni groupées, dont les limbes inférieurs sont le plus souvent bien plus étroits... Il y aurait-il plusieurs "Holland Red" ? Vu l'ancienneté de la variété il est possible que quelqu'un ait réalisé des semis et diffusé des clones différents...
+ "I03"
(= "I3" = "Giant I03"...)
Acquisition 2008.
+ "Jaws Smiley"
Acquisition 2010.
Clone intéressant distribué en 2010 par Araflora et dont le piège ressemble beaucoup à celui de "Alien", voire même d'une "Cudo" géante. Les dents ne sont apparemment pas bordées par les sortes de membranes qui existent chez les gros pièges de Alien. Globalement les feuilles sont extrêmement tordues ce qui peut déplaire.
2 "Jaws"
(= x 'Jaws')
Acquisition 2010.
Clone créé par la California State University (Fullerton's Biological Sciences Greenhouse Complex) par Leo C. Song, Jr. durant l'été 1993, déposé en 1999, accepté en 2002.
Hybride qui a conservé les caractères les plus intéressants des deux parents : un clone (Misc 2-1) aux pièges régulièrement de grande taille, rouges à l'intérieur, qui a reçu le pollen d'un clone sauvage de forme denté (Dentate) i.e. dont les dents sont triangulaires au lieu d'être terminées par une longue pointe.
Le nom fait référence au film de même nom, dont le titre veut dire "Mâchoires" car l'aspect rappelle celles du requin.
Toutefois, les dents peuvent être presque normales à certains moments de l'année, sous l'influence des gènes issus du clone "Misc 2-1", aux dents normales.
+ "Julio's Fused Middle Teeth"
(= JA1)
Acquisition 2009.
Très beau clone d'une couleur jaune pâle un peu verte. Le nombre de dents est réduit (une quinzaine) et certaines sont fusionnées par deux ou trois.
+ "Jumbo" Acquisition 2009.
Clone aux pièges de grande taille sur des limbes inférieurs courts de couleur vert-jaune à jaune. Une teinte rouge-orangée colore les lobes (souvent aussi à l'extérieur) en laissant parfois de curieuses zones vierges (phénomène sans doute caractéristique) d'où un esthétique dégradé du rouge au jaune. Attention, il y a certainement deux clones différents qui portent ce nom...
+ "Korrigans"
= "Pétiole Soudé"
= "Fused Petiole"

Acquisition 2009.
Mutation trouvée en jardinerie.
Ce clone ne présente pas d'autre signe caractéristique que la fusion du piège avec le limbe inférieur. Il existe un autre clone presque identique, la "Crocodile" mais celui-ci n'a tout simplement pas d'attache au niveau du piège, donc la fusion apparaît comme plus complète, plus large.
Ce manque de spécificité a fait qu'il a été appelé à l'origine sous le nom descriptif de "Pétiole Soudé", "Fused Petiole" en anglais. Ceci pose un problème : il a déjà été utilisé pour une mutation qui ne semble pas avoir fait l'objet de diffusion, ce qui empêche toute comparaison. Cette absence de diffusion est difficile à comprendre de nos jours, mais à l'époque il y avait extrêmement peu de collectionneur, ce genre de difformités n'était pas forcément bien accueillie. On trouve tout de même une seule photo sur le Web de cette première mutation : l'aspect est tout a fait identique. Quand bien même ce clone originel existerait toujours, il est fort probable qu'ils finiraient confondus avec les "Korrigans" voire re-nommé !

0 "Kinchyaku"

Acquisition prochaine... volontairement différée !
Ce clone a été découvert par le Dct Katsuhiko Kondo, Hiroshima, en 1999 et déposé en 2002. La feuille est "identique" à celle de la "Cupped Trap" (= "Cup Trap") et la traduction officielle du nom est "means purse", ce qui en français donne quelque chose comme "demie-bourse", image facile à comprendre. La forme du piège est très proche de celle du kinchyaku, un sac traditionnel japonais fermé par un cordon.
Ces deux plantes sont d'origines complètement différentes, il n'y a aucun doute ! Beaucoup se demandent pourquoi elles ont été déposées à l'ICPS puisqu'elles sont presque identiques. En fait, il y a des raisons techniques, pas très intéressantes à vrai dire.

D'après une discussion où le créateur de la "Cupped Trap" (S. Stewart) est intervenu, les dents de la "Kinchyaku" ne se dérouleraient qu'après l'ouverture du piège, à l'inverse de toutes les autres dionées, et une fois ouverts ils ne se fermeraient pas ou mal. On peut imaginer que l'extrémité est peut-être trop rigide pour permettre cela... J'ai trouvé ailleurs que "Kinchyaku" ne produirait pas de masse de rosettes comme la "Cup Trap" mais je suis sceptique : habituellement, ce phénomène peut se produire par exemple juste après un bouturage de feuille. Le défaut de fermeture est indiqué par le créateur de la "Kinchyaku" mais les autres informations sont à prendre avec précaution pour l'instant.

Curieusement, ce clone est resté rare en collection jusqu'à l'été 2010, malgré les années passées après sa première obtention. Il y a plusieurs raisons faciles à imaginer : origine japonaise, similitude avec la "Cupped Trap" qui, elle, est prolifique. En Europe, c'est apparemment Lenssen (de Plantev) qui a diffusé le premier la "Kinchyaku". Pour l'instant, il n'y a pas de différence fiable pour les distinguer et le Dr Kondo lui-même m'a expliqué que le clone diffusé n'est pas érigé. Compliquée, cette histoire... Merci de me tenir contacter si vous avez une remarque... ou une plante de ce type qui se refermerait mal... A suivre.

2 "Korean Melody Shark"

Acquisition 2011.
Obtenu accidentellement par le Dr Jang Won-Gi et son stagiaire Max Yoon, du Korean Carnivorous Plant Institut de Séoul, en croisant "divers clones Shark Tooth"... selon leurs explications : le problème est qu'il s'agit de "Shark Teeth" et qu'il n'y a qu'un seul clone de ce nom-là... Sans doute une confusion avec des variétés dentées, diverses, cette mutation des dents existant même dans la nature.
Limbe inférieur exceptionnellement étroit, fin, pratiquement ramené à sa nervure centrale. "Melody" est justement une élégante allusion à la forme des feuilles, semblables à des notes de musique. Les pièges peuvent devenir très rouges et les dents sont plutôt un simple zigzag, une découpe assez irrégulière - voir photos.
Fleurs stériles... Mais je pense que ce n'est pas une constance ; à vérifier.

2 "Kyoto Red"

Acquisition 2010. Plant minuscule qui n'a pas survécu bien longtemps... En cours de remplacement mais elle est très rare.
Très beau clone entièrement rouge foncé un peu grenat.
Du non de la ville de son sélectionneur, S. Mitsuda.

  "L05" Acquisition 2008.
++ "Long Red Fingers"
Dionée 'Long Red Fingers'
Dionée 'Long Red Fingers', fleur

Plante à feuilles exceptionnellement dimorphes :
- En début de saison, les feuilles érigées portent des crêtes irrégulières sur le bord des limbes inférieurs, eux-mêmes étroits, souvent en gouttière.
- En fin de saison, des feuilles prostrées apparaissent avec un limbe inférieur large à très large et très souvent des dents sur le bord - voir photo. Ce dernier phénomène n'est pas rare chez les autres variétés y compris la forme sauvage, mais beaucoup moins fréquent.
Les pièges sont plus courts que la normale mais tout aussi larges d'où un aspect arrondi quand ils sont ouverts. Les dents du piège sont souvent fusionnées et déviées à la base ce qui les fait se croiser. Les deux lobes sont quelquefois soudés au bout comme la "Cup Trap" ! Bref, elle a été secouée très fort .
Les fleurs sont généralement anormales et très peu fécondes. Les sacs polliniques des fleurs restent presque toujours fermés ou atrophiés et les ovules (non visibles) sont manifestement très souvent stériles. Il y a même des pétales tubulaires, comme on peut le voir dans la photo jointe ! On remarque le pistil resté atrophié, l'existence d'excroissances de tissus qui se manifestent par des ramifications au niveau des pétales (base) et des denticules au niveau des sépales et préfeuilles.
Cette variété ressemble énormément à la "Cross Teeth" mais beaucoup de limbes inférieurs sont plus larges (donc en fin de saison !) ce qui permet l'apparition de ces "doigts" ("fingers" en anglais). Le terme "red" vient de la coloration rose orangé que prennent les pièges mais la "Cross Teeth" est identique sur ce point, ne vous laissez pas abuser par quelques observations, je m'y intéresse depuis une dizaine d'années...

+++ "Louchapates"
"Noodle Ladle" is just translation, not a legal name.
Dionée 'Louchapates'
La "Louchapates" a les dents voisines fusionnées et présentes jusqu'à l'extrémité distale du piège (donc vers la pointe) zone normalement sans dents. Cette extrémité semble comme ajoutée au piège car elle l'allonge considérablement.
Cette variété a une curieuse histoire un peu longue pour être placée ici. Bien que le nom ait été déposé en 2004 à l'ICPS par Romuald Anfraix, le clone n'a pas été découvert par lui (comme il se l'imagine ?) mais créé volontairement bien avant par un Allemand qui pratiquait la culture in vitro, le Dr Eberhard König. Voir l'article Les variétés de la Dionée, la Louchapates.
++ "Low Giant"
Dionée 'Low Giant'
Robustes feuilles prostrées portant un très gros piège. Le limbe inférieur est très variable : il peut être presque aussi court que celui de "Big Mouth" - voir à cette plante - avec des "épaules" très arrondies, mais aussi plus long que le piège et large ce qui fait disparaître la rondeur des "épaules". La variabilité est donc forte et les comparaisons difficiles...
L'intérieur du piège est communément rouge vermillon.
Son nom est sans doute pour beaucoup dans le fait qu'elle ne soit pas très connue, et c'est bien dommage !
1 "Marston Red Clone" Acquisition 2009.
Sélection de la célèbre pépinière américaine Marston, celle du Drosera binata "Marston Dragon".
Le rouge ne concerne apparemment que le piège, ce qui donne un clone assez classique, comparable manifestement à ce que l'on trouve en jardinerie. Nous dirons qu'il s'agit d'une sélection commerciale...
+ "Marston’s Giant"
Encore un clone de la pépinière Marston, cette fois de forme géante.
Acquisition récente et il n'y a qu'une seule photo en ligne (voir lien) donc difficile d'en dire plus. La photo me fait penser à ma GC6...
++ "M19" (BCP)
Dionée 'M19'
Plante de taille moyenne à feuilles dimorphes dont le piège est d'un rouge orangé très marqué. Les limbes inférieurs sont étroits et retombants.
"Melly's Lipstick"
Acquisition 2011.
Cette Dionée créée par une passionnée italienne, Melly Dannata, présente la particularité de laisser apparaître sur les lobes coté externe, dans les meilleures conditions, une bordure large et rose "éosine" qui fait penser immanquablement à l'empreinte d'une bouche ayant du rouge à lèvre, d'où le nom qui veut dire "Rouge à lèvre de Melly". Une petit touche de féminité dans un monde carnassier :-)
Les dents prennent la même couleur et le reste de la plante est d'un vert qui tend vers le vert-jaune.
+

"Microdent"
'Microteeth' is illegal name, just translation)
'Microdentata' is latin illegal name.

Dionée 'Microdent'
Dionée 'Microdent'

Dents irrégulières d'une très petite taille. Elles sont quatre fois plus nombreuses (de l'ordre de 80 au lieu de 20-22 par lobe) car les proportions restent proches de la normale ; en comparaison, la "Shark Teeth" par exemple a des dents de petite taille MAIS disproportionnées : leur largeur reste normale donc il n'en rentre pas davantage.
Le piège prend à la lumière une belle couleur orangée pâle, allant parfois jusqu'au rouge si la plante "manque" vraiment de nourriture, ce qui n'est pas fréquent.
Cette plante est un clone de forme strictement prostrée trouvé en jardinerie par Guillaume Bily, d'où le nom français. Comme quoi il faut ouvrir l'oeil, d'autant qu'il a récidivé avec d'autres trouvailles . Guillaume a précisé que le nom "Microdents" avec "s" terminal était une erreur et que le vrai nom est donc "Microdent". A noter qu'il a créé par hybridation une "Red Microdent" mais que le clone est redevenu vert. D'autres essais avec divers clones rouges donnent le même résultat, ce qui ne me surprend pas...
"Microdentata" est un nom latin donc interdit pour une variété horticole. "Microteeth" n'est pas mieux, il s'agit d'une traduction pour les anglophones mais la plante n'a pas à être diffusée sous ce nom - du reste il est au pluriel...

+ "Miniature Form"
Un clone de petite taille qui fleurit "sans cesse"... On dirait que chaque nouvelle pousse est le prétexte à une fleur ! Elle ne fait pas partie de la série des "Neotenic Pigmy" mais elle pourrait...
"Minutissimum"

Clone de type pygmée découvert par Laurent Duthion en 2004 dans un semis de forme type - en tout cas "ordinaire" - mais ayant subit quelque traitement mutagène - puis diffusé à partir de 2007.
Sa croissance est vigoureuse, d'où la formation assez rapide d'une touffe importante mais qui reste au ras du sol.
A mon avis, ce nom devrait être considéré comme interdit car il est latin - réservé aux formes sauvages et il n'est même pas légitime. Ce sont les amateurs qui l'ont nommé ainsi par analogie avec une plante du catalogue de Triffid. Celui-ci présentait un plant de culture in vitro vendu comme forme naine, et qui d'ailleurs finalement s'est avéré normal ! Bref, ce clone sera très certainement renommé un jour par son découvreur...
Sa floraison est inconnue.

En été 2010, j'ai perdu mes deux plants, suite à un éclairage artificiel dégradé, ce que j'ai compris trop tard - c'était ma première lampe... Par miracle, il y a un "truc" qui a poussé à 2 cm de leur emplacement, bien deux semaines après ! Assez bizarre, cela ressemblait à des feuilles de U. subulata ce qui fait que je ne les avais pas remarquées avant. Mais cela formait une masse de feuilles bizarrement groupées, très serrées... Maintenant, on voit des pièges microscopique... J'avais dû détacher un bout de rhizome qui, lui, n'est pas mort. Je pense qu'il est resté tranquille, échappant à la mort car en quelque sorte comme en repos dans le substrat.

J'en conclue que ce clone demande pas mal de lumière, et de bonne qualité. A la limite, il pourrait servir de contrôle !

++ "Mirror"

Acquisition 2010.
Ce clone a été découvert accidentellement par Dieter Blancquaert en 2008, parmi des dionées en culture in vitro. L'origine de la mutation n'est pas expliquée, elle est sans doute somaclonale.
Au début et à la fin de la belle saison apparaissent parfois comme des morceaux de "lobe" sur la partie externe des pièges. Ces derniers se trouvent donc composés de leurs deux lobes habituels mais flanqués d'excroissances dentées, souvent solitaires et très longues.
Les hampes florales présentent également un phénomène analogue avec la présence de crêtes longitudinales, un peu comme ce que l'on appelle des ailes en botanique, mais ce n'est pas spécifique car on l'observe chez "Cross Teeth", "Long Red Fingers", "Trichterfalle", etc. J'ai observé une légère excroissance isolée sur un limbe inférieur mais ce n'est pour l'instant pas significatif.
J'ai pris quelques photos rapprochées qui permettent des observations et comparaisons différées mais ce n'est vraiment pas facile car les formations sont très peu contrastées. Ce phénomène m'a beaucoup intrigué mais je pense avoir maintenant compris... Ce n'est pas exactement des lobes qui se forment, c'est plus simple que ça, moins "extravagant". Le mécanisme est à rapprocher de celui qui existe au niveau des crêtes des "Trichterfalle", "Crested Petioles". Il s'agit toujours de crêtes qui poussent mais cette fois sur les lobes. Le tissus grandit et comme la zone des lobes est fortement contrôlée génétiquement (différenciation élevée) il tend à se terminer comme le bord d'un lobe... par des dents ! Donc, si ma théorie est bonne je pense que l'on ne verra jamais ni poils sensitif, ni glandes digestives. Peu de chances également qu'il y ait de mouvement.
La plante a été rapidement et fortement diffusée par son découvreur (au total plus d'une trentaine rien qu'en France) mais certains en profitent tout de même pour tenter de vendre des boutures hors de prix. Renseignez-vous ;-)

+ "Multident"
Dionée 'Multident'
Cultivar "ancien" dont les dents sont "multifides", à condition d'un bon éclairement comme d'habitude : elles sont souvent groupées par deux ou trois presque jusqu'à la pointe mais quelques pièges sont normaux.
+ "Multisensitive" Assez souvent 4 ou 5 poils sensitifs sur chaque lobe. Ce phénomène est assez fréquent chez d'autres cultivars mais dans une proportion bien moindre et le plus souvent seulement pour de gros pièges. J'ai observé des pièges sans poils, ce qui montrerait peut-être une dérégulation à ce niveau mais restons prudent.
+ "Neotenic Pygmy #5"

Acquisition 2010.
Forme de très petite taille, obtenue par Plantev, qui a la particularité de fleurir plusieurs fois par an, malgré sa taille.
Le terme "néoténique" est abusif et emprunté à la zoologie : il n'y a pas de forme juvénile chez la Dionée comme cela existe chez les animaux, donc pas de néoténie...

  Olivegrün => "Vert Olive"
  Orange Yellow => Yellow Orange
2 "Orton Plantation" Forme type de Caroline du Nord, Orton Plantation, Winnabow, Brunswick county. Le clone est issu de graines sauvages.
2 "Ossweil Giant" Clone crée par Mathias Maier et qui fait de grands pièges et, en été, des feuilles verticales. Du nom de son village, Ossweil...
  "Oxford Red" Acquisition 2008.
+ "Paradisia" (Triffid)
Dionée 'Paradisia'
Plante très sensible aux conditions de culture. On peut avoir l'impression de mélanger les étiquettes . Dans les bonnes conditions (plus de lumière que de nourriture) elle donne des limbes inférieurs verts un peu jaunes, érigés retombants, des dents rose vif remarquables et surtout des pièges rose foncé avec des zones délavées très particulières en début de saison, aspect qui disparaît durant l'été, avec un assombrissement de la couleur.
1 "Pet Teeth" Acquisition 2009.
Le limbe inférieur est large et porte des dents très développées. Ceci dépend fortement des conditions de cultures.
 

"Pétiole soudé"

=> "Korrigans", qui est le nom actuel.
+ "Petite Dragon" Acquisition 2010.
Sorte de Akai Ryu (= "Red Dragon") à laquelle ce cultivar est apparenté, mais de taille un peu plus réduite, avec une rosette ne dépassant pas 8 à 10 cm et les pièges 17 mm.
La hampe florale se divise toujours en deux, une principale et une secondaire nettement plus petite.
Son histoire exacte est racontée dans cette page externe en anglais par Robert Ziemer, qui l'a enregistrée. Il en ressort qu'il ne s'agit sans doute pas d'un clone car il parle de nombreuses auto-fécondations ayant donné le même résultat.
+++

"Pink Venus"
(= "Regal Red")
Dionée 'Pink Venus'

Ressemble à une "Akai Ryu" (ou une "Royal Red") mais le rouge foncé des pièges âgés est remplacé par un beau rose foncé inattendu, une teinte un peu laiteuse.
Les feuilles restent plaquées au sol, c'est donc une forme prostrée. Comme, en plus, les pièges sont très incurvés, ils ne peuvent pas être à plat mais sur le coté (cf. photo), ce qui peut plaire ou non...
"Pink Venus" est assimilée à la "Regal Red" : faites attention de ne pas confondre avec "Royal Red", qui a la même étymologie.
J'aime beaucoup les teintes que prend cette variété plus intéressante qu'il n'y paraît.
Les stigmates de la fleur sont rose foncé...
2

"Pompom"
(redevenu normal)
Galerie photos

Le terme "Pompom" ne désigne pas un clone mais un phénomène instable ou, en tout cas, non maîtrisé. Il s'est produit dans un nombre extrêmement limité de cas dans le monde. Pour l'essentiel, le piège est recouvert sur sa partie externe de "poils" dense, épais et verts ! (C'est l'origine du nom, en anglais car il n'y a pas de "m" final en français.) Cela entraîne des déformations de celui-ci, des altérations allant jusqu'à sa non-fonctionnalité. L'altération peut ne concerner qu'une petite partie d'un lobe comme la quasi totalité de la feuille et il est toujours maximal vers la partie distale, i.e. coté piège. Systématiquement le phénomène disparaît au bout de quelques mois, c'est-à-dire que les nouvelles feuilles présentent un aspect normal. Aucun ne semble avoir dépassé à peu près les six mois, peut-être un peu plus pour un semis, le temps de former 5 ou 6 feuilles...

Le plant dont je dispose m'a été donné par J.J. Labat. D'après photographies j'ai remarqué sur ce clone une autre particularité : des protubérances sur le limbe inférieur, notamment sur la nervure. J'espère bien, évidemment, trouver un moyen de revenir à l'état antérieur. Il y a certainement une ou plusieurs mutations à la clé mais le facteur déclenchant du phénomène est inconnu. Il a été observé plus récemment dans au moins un semis.

J'ai réuni dans ma galerie la série de photos sans doute la plus complète sur le sujet : "Photos intéressantes rares ou devenues introuvables".

++ prostrée (forme)
Prostrate
prostatus is illegal name

Dionée 'Prostrée'
Feuilles plaquées au sol (quelques feuilles érigées au printemps). Le clone est très beau, nettement de type géant car les pièges sont vraiment très gros - pot de 12 cm sur la photo. Ce n'est donc pas l'une des quatre formes sauvages qui existerait (?) de la Dionée mais au moins une sélection.
Ancien nom (à proscrire) : prostatus.
  "Purple Giant" Pour l'instant mon plant ne manifeste pas de couleur violette, ni même tellement rouge !
  "Red" Ancien nom utilisé pour désigné le premier clone entièrement rouge, la "Holland Red" - voir à ce nom.
"Red Dragon" Produit pas Cresco Nursery, il s'agit sans doute d'une sélection rouge à partir de "Akai Ryu" (nom déposé) qui veut dire "Dragon Rouge" en japonais, bref "Red Dragon" !
+ "Red Burgundy" Plant encore jeune. Appelée aussi "Burgundy" par simplification mais c'est à éviter, d'autant que le nom complet veut dire bien sûr "rouge bourgogne", la couleur du vin.
Enregistré par Marcus Erbacher & M. Stoeckl
2 "Red Cup Trap"

Acquisition 2009.
Évidemment une "Cupped Trap" rouge. Il arrive très fréquemment que le piège ne soit pas fermé ou mal, ce qui fait que ce clone assez décevant sera sans doute un jour "déclassé", remplacé par un autre. Le phénomène pourrait se comprendre (selon moi) par le fait qu'il s'agit certainement d'un hybride de première génération (F1) qui a conservé un seul chromosome porteur du caractère rouge (certainement un gène dominant) et surtout un seul chromosome porteur de cette soudure finale. Ceci sous réserve de vérification expérimentale. L'autofécondation devrait alors donner :

  • trois-quart de plants rouges, comme tout caractère dominant, et un quart non rouges,
  • un quart au piège ordinaire (sans aucun gène "Cup Trap", une moitié de "Cup Trap" mal fermés (un seul gène), et surtout un quart ayant deux gènes "Cup Trap" exprimant parfaitement leur caractère.

(J'avais indiqué moitié de chaque auparavant et j'ai vu plus tard l'erreur.)

2 "Red Fused Petiole"
Dionée 'Red Fused Petiole'
Dionée 'Red Fused Petiole'
Dionée 'Red Fused Petiole'
Dionée 'Red Fused Petiole'

Curiosité récente isolée par Kamil Pasek et qui a le piège directement fixé sur le limbe inférieur. Lorsque la plante devient grande la taille du piège fait que l'anomalie est moins frappante
Comme pour la "Cupped Trap", elle a la réputation d'être un peu délicate à faire pousser mais la mienne a une très bonne croissance dans des conditions classique...
Avec une lumière puissante cette variété devient d'un rouge intense légèrement orangé, jusqu'au bout des dents et mêmes des poils sensitifs très fins et concolores, presque invisibles.
Le piège refermé donne sa curieuse courbure au limbe inférieur. La plante est la plus belle lorsqu'elle elle produit ses nouvelles feuilles. Comme les lobes restent en prolongement de celui-ci, la feuille se déroule avec une certaine grâce - voir photo.

Les stigmates de la fleur sont rouges.

La "F04" de BCP semble être la même plante, d'autant qu'elle est arrivée dans la même période...

2 "Red Line" Acquisition 2009.
Il s'agit là du clone de Trevor Cox, beaucoup plus beau (voir photo) et non du clone habituel de même nom et venant de Christian Klein. A noter que ce dernier ressemble comme de gouttes d'eau à mon clone "GC5"
+ "Red Piranha"
Dionée 'Red Piranha'
Belle sélection créée en 1999 par Ivan Snyder et Edward Read qui l'a enregistré le 18-09-1999.
Hybridation entre une forme rouge ancienne ("Holland Red" c-à-d "All Red") et une "Dentate Traps". Le problème est que "Dentate Traps" est en fait un ensemble plus ou moins homogène qui groupe des plantes avec des dents réduites triangulaires issues de formes sauvages mais certains y ont même placé le type "Sawtooth" (par erreur selon moi) et je pense que le "Dentate Traps" en question ne peut être que celui-ci. En effet, le résultat ressemble à une "Red Sawtooth" dont les pièges auraient subi une deuxième série de coups de ciseaux plus profonds ! Les créateurs ont sans doute hybridé une première fois "Sawtooth" et "All Red" puis croisé de nouveau les descendants les plus rouges pour augmenter la couleur : cela expliquerait la double indentation qui rappelle la "UK Sawtooth II" et les feuilles dimorphes héritée de la All Red. (Toutes mes "Red Sawtooth" n'ont que des feuilles prostrées...) Bref, on observe une grande découpe avec une découpe plus fine mais pas de vraies dents individuelles renforcées... La "Dents de Requin (N & P)" présente de vraies dents courtes avec de petites denticules assez régulières et la "Shark Teeth (Triffid)" des dents courtes sans denticules en général. La découpe des dents à la base peut être trop peu profond ce qui produit le même effet que des dents fusionnées : le rebord se replie vers l'intérieur ce qui donne aux lobes vraiment l'aspect d'une mâchoire de "Red Piranha".
Juvénile elle est plutôt chétive et les indigestions sont fréquentes, sans doute à cause de l'épaisseur des pièges très faible. La plante a une croissance lente mais continue, d'où une certaine rareté. Cela vaut la peine d'attendre car, après quelques années, les feuilles prennent une bonne longueur et le problème d'épaisseur disparaît.
Plus tard est apparu un hybride qui y ressemble : la "Trev's Red Dentate"...
  "Red Purple"

L'un des deux clones synonyme de "Big Mouth". See to "Big Mouth".

++ "Red Rosetted"

Belle variété enregistrée par Peter D'Amato en 1998.
Vigoureuse, prostrée, aux couleurs harmonieuses, l'intérieur du piège est normalement rouge foncé et la couleur peut passer manifestement "de l'autre coté", ce qui se manifeste par exemple par une ligne rouge sur la face externe en bordure des dents... Mon plant ne manifeste pas cet aspect après plusieurs années, mais mais c'est certainement à cause de l'abondance de la nourriture
Il s'agirait de la même plante que la "Big Mouth" - lequel, d'abord ?

Il existe des ambiguïtés sur le nom :
- "Red Rosette" (sans le "d" final) est une erreur car ce n'est pas le vrai nom déposé, même si le mot "rosette" est passé du français à l'anglais en gardant le même sens.
- "Australian Red Rosetted" existe aussi mais on ne sait pas si c'est la même plante. D'après les photos que j'ai vu, c'est probable.

  "Red Sawtooth" => "Bohemian Garnet".
++ "Red Trapped" Acquisition 2008.
+ "Red-Green" Idéalement, l'intérieur du piège est rouge intense et le reste de la plante est vert uniforme mais les photographies rencontrées la montre avec des aspect variés, à cause de la saison sans doute... La mienne pour l'instant n'est pas remarquable.
2 "Ring" Acquisition 2010.
Sélection de "Royal Red" x "Red Daggers" et qui a conservé l'aspect de la "Red Daggers" (pièges rouges avec des dents larges, comme des poignards, "daggers" en anglais) mais avec un anneau ("Ring" en anglais) jaune à l'extérieur des pièges.
++ "Rouge Sombre" (Nature & Paysages)
Personnal translation : 'Dark Red' (Nature & Paysages)
atrorubens is old and illegal name

Dionée variété 'Rouge Sombre'

C'est l'intérieur du piège qui devient entièrement rouge écarlate tandis que le reste du pétiole jaunit. Acquise en 2001, elle a été vraiment très foncée chez moi qu'en 2004, à la sortie de l'hiver. Du coup, cela a attiré mon attention sur la plante, que j'avais un peu délaissée par "déception". C'est grâce à cette variété que j'ai été amené à trouver le mécanisme de la coloration des pièges. Voir à ce sujet l'article sur La coloration des feuilles.

Le synonyme "atrorubens" est ancien et prohibé, les noms latins étant réservés au formes sauvages reconnues. Toutefois, ce clone est apparemment originaire de Caroline du Nord d'après J.J. Labat, qui l'appelle maintenant "à piège rouge sombre".

+++ "Royal Red"
Dionée 'Royal Red'

Isolée et déposée par Exotica Plants en 1994 en Australie - mais pas à l'ICPS. Forme entièrement rouge aux pièges souvent bordés de vert. Je possède ce clone depuis très longtemps, très tôt après son arrivée en France, aussi je sais qu'il s'agit du clone originel.
Elle est moins foncée que "Akai Ryu" en hiver et reverdit facilement vers la fin, en particulier en bordure de feuille. Il faut absolument les cultiver toute cette saison au même endroit avec les mêmes conditions pour vérifier cela, et bien sûr avoir le clone originel, ce qui n'est pas gagné... En dehors de cette période et si elle est bien exposée, il n'y aura pas de différence visible régulière, reproductible...
En 2005, j'ai remarqué que mes plants présentaient une autre différence (à confirmer) : en fin d'été les limbes inférieurs sont plus étroits et en forme de gouttière alors que "Akai Ryu" montre des limbes normaux, élargis.
Les dents, est-il nécessaire de le préciser, sont normales : elles ne sont pas triangulaires mais bien étroites jusqu'à leur base.

+ "Ruby Red" Acquisition 2009.
Joli clone entièrement d'un beau rouge violacé qui fait plutôt penser au grenat qu'au rubis, mais cela dépend des rubis... et des grenats d'ailleurs, vu qu'il y en a même des verts !
  Sämling => "Dents Stress"
2 "Sandokan"

Acquisition 2010.
Bel hybride à dents triangulaires plus ou moins longues, dont les pièges sont d'un rouge débordant sur l'extérieur ou sur les dents si les conditions sont au mieux.
Joli nom qui vient du film "Sandokan, le tigre de Malaisie", dans lequel le tigre en question est en fait un humain, le fils d'un sultan...
Feuilles dimorphes.
(Mon plant à presque totalement disparu cet hiver 2010-2011, j'attends de voir le rhizome mais c'est peut-être une caractéristique à confirmer...)

+++ "Sawtooth"
(= "Dentata", "Fine Tooth", "Comb Tooth", AKA Toothless !)

Dionée 'Sawtooth'

Les dents présentent une structure exceptionnelle (en tout cas qui l'était à l'époque de sa sortie !)  : le bord de la feuille est comme découpé de coups de ciseaux, avec un bord en dents de scie irrégulières. Cet cultivar est incapable de produire des dents normales, même au printemps mais il est apparemment aussi efficace. Le centre du piège devient rouge sang à carmin. C'est un must parfaitement stable et prolifique  !

Il s'agit d'une sélection de Thomas Carrow en 1992, de même que la "Wacky Trap" (="Bart Simpson"). Il l'a baptisée "Dentata" mais en gagnant les U.S.A, elle a été renommée "Fine Tooth", "Comb Tooth" - c'est-à-dire "Dent de peigne", caractère vrai chez le piège très jeune - et finalement "Sawtooth" officiellement. Enregistré par Barry Meyers-Rice le 20-10-99. D'après Trevor Cox, elle serait également appelée "AKA Toothless". La "Bristle Tooth" (ou "Bristletooth") est assurément différente. Ouf... Ah non, ce n'est pas fini... Il y a aussi la "UK Sawtooth I" et la "UK Sawtooth II" !

Contrairement à ce que l'on a pu croire (cf. ce texte en anglais) il ne s'agit pas de la "Dentate", abréviation de "Dentate Traps".

2 "Schuppenstiel "

Acquisition 2010.
Ce cultivar est une création du Dr Eberhard König. Thomas Straubmüller l'a renommé "XXX Schuppenstiel" mais ce nom bizarre et non justifié ne doit pas être utilisé.
Il existe maintenant deux autres clones très proches qui ne viennent pas d'E. König. Les clones ont ainsi été numérotés de 1 à 3 mais on trouve des formes d'écritures légèrement différentes, dont j'ignore l'authenticité. Ainsi, nous avons les équivalences suivantes :

- "Schuppenstiel" = "XXX Schuppenstiel" = "Schuppenstiel 1" = "Schuppenstiel #1" = "Schuppenstiel I",
- "Schuppenstiel 2" = "Schuppenstiel #2" = "Schuppenstiel II",
- "Schuppenstiel 3" = "Schuppenstiel #3" = "Schuppenstiel III".

J'avais pensé que "Schuppenstiel" descendait de la "Trichterfalle" (du même créateur) mais il s'agit sans doute plutôt de l'inverse : la signature de celle-ci se retrouve au niveau des couleurs et surtout des "épaules" du limbe inférieur (près du piège) qui sont très anguleuses mais les crêtes sont permanentes à condition d'une température pas trop basse et il n'y a pas son fameux piège "en entonnoir"... Enfin, normalement... car j'en ai un en ce moment, parfaitement typique avec son long pédoncule ! Mon hypothèse semble confirmée par le fait que j'ai obtenu pas semis un clone "complémentaire" : il présente des pièges en entonnoir mais pas la moindre crête à ce jour - il est presque adulte...

Nous sommes, semble-t-il, très proche d'un cultivar apparemment disparu depuis des années, la "Feather".
Elle n'est pas encore dans le CP Photo Finder...

"Schuppenstiel 2"

Acquisition 2011.
Plante d'aspect proche de la "Schuppenstiel" mais celle-ci a été trouvée par un Allemand dans une jardinerie, dans le même pot que la "Schuppenstiel 3", qui n'est peut-être pas distinct.
Les crêtes sont un peu différentes et la couleur classique, "type" dirons-nous.

+ "Shark Teeth" *
Dionée 'Shark Teeth'
La "Shark Teeth" ("Dents de requin" en anglais) est distincte de la variété "Dent de requin" de Nature et Paysages (plus haut) bien que très proche. Cette dernière a couramment de vraies dents de requin, c'est-à-dire avec des dents plus petites secondaires qui s'ajoutent aux dents principales - voir photo agrandie, c'est difficile à décrire. Chez la "Shark Teeth" c'est peu fréquent - mais ça arrive !
Le clone dont je dispose, depuis 2000, est celui de Triffid.
Cette variété est très (trop) recherchée et son nom racoleur n'y est pas étranger . Je n'utilise le nom "Dent de requin" (en français) que pour la variété de Nature et Paysages.
"Schuppenstiel" en condition froide ne produit plus de crêtes et l'intérieur des pièges devient d'un rouge incroyablement vif qui s'étend au revers des lobes.
"Short Teeth" Acquisition 2009.
Clone aux dents très courtes, souvent déformées et un peu dans tous les sens.
2 "SL Seedling"

Acquisition 2010.
Nom sans doute provisoire : cela ne veut jamais dire que "Semis de Stephan Lenssen" (Lenßen) ! Car il s'agit de l'une de ses créations, remarquablement bicolore rouge et vert-jaune et aux dents courtes à divisions multiples.

2 "SL001 "

Acquisition 2010.
Présentée comme une grande "Sawtooth", il s'agit plutôt d'une forme proche du type Dentate mais avec un chevauchement des dents. Il n'y a pas de dents de scie comme chez "Sawtooth".
Les pièges se colorent en rouge à l'intérieur et l'extérieur, ce qui donne un air de "Dracula". Les dents restent vertes sauf sur le liseré, qui rougit.
Feuilles dimorphes.

2 "Small Sawtooth"

Acquisition 2010.
Présentée comme une... petite "Sawtooth" :-). C'est le cas mais avec, parait-il, des différences au niveau des dents et de la taille du piège. J'attends quelle grandisse un peu pour détailler. Néanmoins, il m'est rapporté qu'adulte elle atteint 6 cm de diamètre et les pièges 1.5 cm.
Elle est diffusée par Lanssen (Plantev).

+ "South West Giant" (= real "Adrian Slack's Giant")
Dionée 'South West Giant'
Dionée 'South West Giant'
Dionée 'South West Giant'
Dionée 'South West Giant'
Dionée 'South West Giant'

C'est la vraie "Adrian Slack's Giant" ! La "fausse" est le clone "G16". (Real Adrian Slack's Giant. See to "G16".)
- Observation au 04/05/2006 : feuilles dimorphes, les prostrées à bord nettement dentelé, les érigées à bord parfaitement lisse et arrondi (photo 1).
- Observation au 04/08/2007 : grande et belle rosette de feuilles prostrées et serrées avec de très gros pièges sur un limbe inférieur court, alors que d'autres cultivateurs décrivent pour ce même nom une plante avec les limbes inférieurs les plus longs connus : j'ai pensé qu'ils avaient peut-être une G16 justement... Mais plus tard la plante a encore changé... (Dans ma collection c'est le clone "Dents Longues" qui bat ce record de longueur, et de loin.)
- Observation au 10/07/2009 : feuilles dimorphes semblables à celles observées en 2005 mais la taille des pièges atteint des records. Sans les dents, plusieurs dépassent... 5 cm - voir photo ! Les limbes inférieurs sont longs, certes, mais ce n'est pas remarquable car le reste est géant aussi. Voir les fleurs en photo.

Le piège de 5 cm présenté ici m'a permis de gagner le concours international 2009 du plus gros piège de Dionée (Largest Dionaea Trap Competition 2009) organisé sur le forum du Royaume-Uni. Je pensais utiliser une photo de GC4 avec un piège de 5,15 cm mais j'ai appris trop tard que la règle transparente devait être devant le piège et non à l'intérieur. Il était alors desséché quand j'ai appris cela et je me suis rabattu sur celui-ci, in-extremis.

++ "Spider"
Dionée 'Spider'
Feuilles dimorphes mais avec une prédominance de limbes inférieurs longs, étroits et érigés qui donne un aspect en araignée lorsqu'ils commencent à retomber, d'où le nom anglais. Couleur entièrement verte. Chez moi elle est devenue tellement vigoureuse qu'elle ressemble plutôt maintenant à une forme érigée géante... Bref, le nom "Spider" est un peu exagéré mais il y a quand même quelque chose et quand je l'ai reçu elle avait encore cet aspect. Variété qui n'est peut-être pas essentielle mais néanmoins intéressante.
+ "Spotty"

Clone issu du semis SL017 de Stefan Lensen (Lenßen) et qui présente des panachures vertes et rouges. J'avais pensé qu'il s'agissait d'un fond vert parce que mon plant avait cet aspect mais parfois (parait-il) c'est le rouge qui domine. Les lobes semblent particulièrement fins.
Ce clone n'est pas simple à multiplier ! Par bouture de feuille, selon l'emplacement du tissus en croissance, on obtient toutes les nuances entre le rouge et le vert, ce qui pourrait être assez intéressant mais j'ai l'impression qu'avec le temps celles qui ne sont pas franchement rouges devienne vertes, mais avec quelques nuances. Les feuilles forment leurs boutures par dédifférenciation des cellules. L'une d'entre elles retrouve un stade comme "embryonnaire", se multiplie, prolifère pour former un méristème mais la dédifférenciation n'est pas totale. Ainsi chez la "Spotty" cette cellule ne pourra plus produire autre chose que sa couleur initiale. En quelque sorte la dédifférenciation ne concerne pas cette partie du génome. La raison en est inconnue : on peut par exemple (juste) évoquer des transposons, comme pour le maïs de couleurs...
En revanche, au niveau du rhizome les cellules du méristème apical (= "au bout") n'ont jamais été différenciées et elles se divisent régulièrement. Elles peuvent former ainsi des ébauches de feuilles dont les cellules se différencient en forme rouge ou forme verte, et chacune donnera une lignée de cellules unicolores. Les méristèmes se divisent aussi pour donner des pousses secondaires au potentiel intact. Ce clone est encore peu répandu de ce fait.
Beaucoup de questions se posent encore, ce texte a déjà changé et changera encore. Par exemple, les boutures de feuilles ont une couleur unie qui semble parfois intermédaire alors que les taches originelles de la "Spotty" sont nettement rouges sur fond vert... (Je n'ai jamais observé l'inverse...) Ces couleurs intermédiaire me semble dues à l'origine de la bouture : la base de la feuille, dans une zone où la couleur est justement souvent ambiguë. Les boutures vertes semblent être le type de base : les limbes inférieurs sont d'un vert franc tandis que le piège prend une joli couleur rose foncé à rose clair.

+ "Strong" Il n'y a plus de photo en ligne... Il n'y a plus qu'à s'y mettre .
"Square Teeth" Acquisition 2011.
Les dents ont, à un certain stade, un aspect un peu carré d'où le mot "square".
2 "Sunrise" Acquisition 2010.
Une sorte de "Sawtooth" aux teintes délicates au niveau des pièges, par le dégradé du rouge près de la nervure centrale au vert-jaune au niveau des dents, intérieur comme extérieur.
++ "Tall Green" Forme vert-jaune. Certaines parties sont plus jaunes que "ma" Yellow !
+ "Tiger Fangs" Acquisition 2009.
Apparemment très proche de la Tiger Teeth. mais avec des pièges très arqués.
+ "Tiger Teeth"

Littéralement : "Dents de Tigre". On ne voit pas très bien le rapport, ou bien on n'a pas connu les mêmes tigres .
Variété ayant des dents à dentition secondaire un peu comme la "Red Piranha", voire la "Dent de Requin", mais plus longues.

1 "Timmy's Giant" Pour l'instant rien de bien remarquable...
+ "Trev's Red Dentate"

Joli hybride "Big Mouth" x "Red Piranha" réalisé par Trevor Cox. Puisque le clone porte un nom c'est qu'il s'agit d'une sélection et il est incorrect de l'appeler simplement "Big Mouth" x "Red Piranha", et surtout nommer "Trev's Red Dentate" ce qui est un simple hybride "Big Mouth" x "Red Piranha"...
Les pièges et les couleurs sont magnifiques. Le seul inconvénient pour moi serait que l'hybride à conservé une tendance à produire des feuilles prostrées comme "Big Mouth" mais très fines et longues comme souvent "Red Piranha" : les pièges sont donc souvent au sol en débordant largement un pot de 12 cm. Cette caractéristique la distingue très nettement de la "Red Piranha".

+++ "Trichterfalle"
(= "Funnel Trap")
Dionée 'Trichterfalle'
Dionée 'Trichterfalle'
Dionée 'Trichterfalle'
Dionée 'Trichterfalle' anomalie type cerbere
Dionée 'Trichterfalle' anomalie de hampe florale

Ce clone est l'une des nombreuses créations du Dr Eberhard König. Ce ne sont pas des phyto-hormones qui produisent un tel effet mais plutôt simplement des variations somaclonales, spontanées en culture in vitro, lorsque justement aucun hormone ne domine...

De taille plutôt petite, il présente en début de saison des feuilles normales sauf au niveau du limbe inférieur qui est constellé d'excroissances de tissus, comme des crêtes, qui continueront à pousser jusqu'à la mort de la feuille, tardive en plus... Quand elle dure toute l'année on ne voit plus que ça.
Ensuite, et seulement si l'éclairement est suffisant, les pièges poussent refermés du coté de son pédoncule, cette fermeture remontant de plus en plus vers l'extrémité jusqu'à parfois faire disparaître presque totalement les lobes. Tout se passe comme si les tissus qui devaient former la partie inférieure du piège avaient tendance à produire plutôt du pédoncule. Lorsque l'effet est marqué, il se retrouve donc beaucoup plus long (plus que la taille qu'aurait eu le piège normal) et la partie restante est resserrée en entonnoir - "Funnel" en anglais. Plus modéré, le pédoncule a une taille normale mais les deux lobes sont toutefois soudés de ce coté : on se retrouve avec une cuillère mais refermée à l'inverse de la "Cupped Trap". Une conséquence, qui me conforte dans ma "théorie", est que ce pédoncule gagne aussi par sa base alors que le reste du limbe inférieur reste en place : plus visuellement, il n'est plus à l'extrémité mais sort littéralement de sous le limbe, et les deux cotés sont fusionnés à leur extrémité. (Du même coup, cela me conforte de nouveau dans l'idée que ce ne sont pas les ailes d'un pétiole mais bien un limbe normal divisé en deux partie, celle du piège et celle qui est "inférieur", proximale très exactement.)

Autres altérations
Les fleurs sont assez souvent avec des divisions qui commencent par un double pistil puis en redescendant jusqu'à l'ovaire... Des excroissances poussent souvent mais modérément sur la hampe florale. En mai 2008 j'ai vu pousser deux hampes, dans deux pots séparés, qui étaient complètement aplatis ou plutôt étirés selon l'axe du rhizome. Cela donne des bandes de 10 mm de large pour une épaisseur normale ! Ce n'est pas une exclusivité du clone mais apparemment plus fréquent, chez les plants vigoureux. Il peut arriver aussi que la régression des lobes du pièges ne se produisent pas à la base du piège mais au milieu, ce qui donne donc deux pièges superposés - voir photo. Nous y reviendrons.

Tentative d'explications génétiques
Un clone a été isolée à partir de "Trichterfalle" et porte maintenant le nom de "Cerbere" mais le phénomène était peu fréquent alors que je l'ai observé souvent chez de banales "Trichterfalle" : à mon avis la "Cerbere" n'existe pas. On peut évoquer peut-être un mode de culture avec un écart important de température jour-nuit mais rien ne le prouve...
Néanmoins, le cas est instructif comme souvent, en science, le sont les anomalies. Cette "pédoncularisation" (désolé, je n'ai pas mieux...) se produit en dehors du pédoncule ! Sur le plan génétique, je pense que la simple inhibition de la croissance du limbe en largeur suffit à produire globalement cet effet : finalement, on observe toujours de la feuille réduite à de la nervure ! Si l'inhibition arrive très précocement, le limbe ne peut plus grandir autour de la nervure déjà figée en pédoncule et grandit donc séparément, en longueur, d'où cette "jonction", ce limbe projeté en avant.
Il y a un mécanisme particulier chez la Dionée qui produit cette inhibition déjà naturellement, c'est tout simple le gène responsable de la formation du pédoncule. A l'état normal il n'est activé que dans la zone habituelle et donc inhibé lui-même ailleurs. Avec cette mutation, il est mal inhibé donc son action facilitée, c'est-à-dire l'inhibition de la croissance du limbe. Les zones proches de celle du pédoncule sont touchées plus ou moins mais aussi, parfois, en dehors, d'où les "Cerbères".

La crestation du limbe inférieur est-elle liée génétiquement et de manière indissociable, à cette... "pédoncularisation" ? Si c'est le cas alors on ne devrait pas pouvoir rencontrer d'hybride n'ayant que l'un des deux phénomènes. Jusqu'à présent aucun clone ne manifeste que... le second. J'ai un semis issu de ce clone mais de père inconnu qui produit abondamment des "entonnoirs" toute l'année et ce n'est que maintenant (avril 2011), adulte, qu'il produit quelques crêtes près de l'attache du piège - j'espérais qu'il n'y en ait jamais...
En revanche il existe un clone identique à la "Trichterfalle" sauf sur ce point, c'est la "Schuppenstiel", du même créateur. Enfin, normalement... Mon plant a produit un "entonnoir" en été 2010 !

Influence du milieu
Cette modification du piège dépend de plusieurs facteurs. L'été 2006 était chaud et lumineux, elles étaient fréquentes, celui de 2007 a été "pourri", pas très chaud, couvert, humide, il n'y en avait presque pas... Je pense qu'en terrarium (chaud, humide et lumineux) ces pièges devraient être plus nombreux. Les excroissances semblent plus abondantes lorsque les plantes ont été bien nourries par le passé avec quand même une lumière suffisante : pendant la même période j'ai eu un pot entier avec plusieurs plants sans aucune excroissance alors que d'autres en étaient couverts, les deux groupes ayant leurs "entonnoirs" et la différence étant que le premier était moins bien exposé. De toute façon, avec moins de lumière la plante a moins d'énergie, normal que ces excroissances poussent moins... Avec plus de nourriture, normal que les excroissances grandissent mieux.
Attention aux conclusions hâtives à partir d'une seule expérience... et d'une seule plante ;-). La modification du piège ne dépend pas de l'acidité du substrat ou de l'eau, contrairement à ce que l'on peut lire ;-)). Simplement, un mauvais pH va réduire l'expression d'un caractère lié à la croissance (c'est normal) donc celles des crêtes mais il n'empêchera pas l'inhibition de la croissance du limbe. Celle-ci est indépendante du pH au point qu'il est banal d'observer dans le même pot (= même pH) des plants avec "entonnoirs" et des plants sans.

Vraiment un drôle de truc dont on ne se lasse jamais !

+++ "Triffid Traps" Rien à signaler.
"Triton" Acquisition 2011.
Une trouvaille allemande dans une jardinerie en 2009.
On dirait un hybride entre une Cup Trap (les pièges sont soudés à l'extrémité distale) et une Fused Tooth car les dents sont elles-mêmes soudées entre elles. Pour le reste, rien de bien particulier, le piège est rosé à rouge-vif débordant sur l'extérieur, selon les condition de culture. Le port des feuilles est prostré à semi-prostré - "prostré" c'est plaqué vraiment au sol.
Si vous vous demandez pourquoi ce nom sans rapport avec un amphibien, en fait c'est l'inverse : l'animal porte le nom du dieu marin fils de Poséidon et d'Amphitrite, dans la mythologie grecque, qui avait des mains palmées que l'aspect des feuilles de ce clone rappellent.
"Twelve Teeth" Acquisition 2009.
Comme le nom l'indique, il s'agit d'un clone à douze dents.
Il a été obtenu par hybridation avec le clone bien connu "Finetooth" x "Red". Sachant que "Finetooth" est l'ancien nom de la "Sawtooth", "Twelve Teeth" est donc une sélection parmi des hybrides "Sawtooth" x ("Sawtooth" x "Red"), c'est-à-dire un back-cross sur les gènes de la "Sawtooth". J'ai toujours été sceptique sur la réalité du croisement "Sawtooth" x "Red" et ce résultat me laisse perplexe, d'autant que j'ai quelques retours encore plus bizarres du back-cross supplémentaire "Twelve Teeth" x "Sawtooth"...
+ Type (forme)
(=Typical form
Regular form)

J'ai acheté ce clone, mon premier, vers 1988 et à l'époque il n'y avait encore guère en France que des formes sauvages, type ou prostrée, surtout chez de rares petits horticulteurs comme ce fut le cas. Pièges à peine rosés, feuilles plutôt érigées et retombantes au printemps, de plus en plus prostrées avec l'avancement de la saison, formant une rosette.
Certaines plantes "sans nom " sont qualifiées de "type" mais on voit bien qu'il y a eu déjà une bonne sélection... Pire, j'en connais qui n'hésitent pas à revendre sous ce nom leurs clones horticoles à partir du moment où ils ne voient rien de particulier !
Dans le même ordre d'idée, n'ajoutez pas "forme type" après "Dionaea muscipula" au nom d'une plante achetée en jardinerie parce qu'elle n'a pas d'autre précision : vous sèmeriez la confusion et actuellement il n'y a plus que des sélections hollandaises qui sont toutes cultivée in vitro. Ce mode de culture artificiel génère facilement des mutations qui passent la plupart du temps inaperçues... ou sont létales tout simplement.
Depuis j'ai acquis d'autres clones dont l'origine est précise. Voir par exemple "Green Swamp", "Caroline du Nord"...

  "UK Sawtooth I" Synonyme (?) à mon avis (provisoire) de "Sawtooth". See to "Sawtooth".
2 "UK Sawtooth II"
(="UK Sawtooth clone 2")

Merci de ne pas tenir compte de mes explications sur "UK Sawtooth II" et "UK Sawtooth II" : la plante que j'ai reçu est certainement une autre plante.

Il s'agit d'une variation de la "Sawtooth" qui nous vient du Royaume-Uni, comme le nom l'indique, mais qui a été appelée ainsi par des Continentaux. Elle risque donc sans doute exister sous un autre nom là-bas...
La marge du piège est découpé assez régulièrement de manière plus profonde, ce qui donne donc une double indentation.
(J'évite de parler de "dents" pour ces types de dionée car il n'y a rien de tel qui soit individualisé, en tout cas comparable aux vrais dents d'une dionée, qui sont longues et renforcées.)
Le piège se colore de rouge à l'intérieur puis éventuellement à l'extérieur et comme un liseré bordant les "dents".
Le clone "UK Sawtooth I" semble être, par contre, une "Sawtooth" normale mais la confusion règne et certaines photos montrent la même plante que la "UK Sawtooth II"...

2 Vert Olive
Olive Green (translation)
Acquisition 2010.
Le nom parle de lui-même...
Encore une création d'Eberhard König.
+++ verte (forme)
green form
Très vigoureuse, plus de 22 cm !
Very strong, more than 8 inches !
Cette forme n'est certainement pas la forme verte sauvage (par ex. de Green Stamp, North Carolina) à cause de sa vigueur ; mais sélectionner un clone vigoureux n'est pas vraiment transformer...
+++ "Vigorous" Bof... Mon plant est beaucoup moins vigoureux que toutes les géantes ! Je commence à douter de la détermination... La "Big Vigorous", c'est autre chose !
+ "Wacky Trap"

Le nom officiel "Wacky Trap" a été déposé en 2006 par Ed Read mais la plante était déjà appelée "Bart Simpson" à cause de la particularité de ne présenter aucune dent ou plutôt une bordure du piège comme avorté, ce qui donne un aspect très irrégulier analogue à la chevelure de Bart du dessin animé "Les Simpson". Pour une question de copyright le nom "Bart Simpson" ne pouvait, bien sûr, pas être officiel. Le témoignage le plus ancien sur cette variété parle d'un lot de mutants remarqués par Mike Ross (puis donné à Ed Read) dans une grande pépinière hollandaise, Cresco Nursery : pas mal de nouvelles curiosités en vienne également, ce qui n'est pas surprenant quand on manipule des dizaines de milliers de plants en culture in vitro, car le processus génère des mutations somatiques.

Contrairement à ce que l'on voit le plus souvent sur les photos en ligne, le piège n'est pas forcément vert et prend une couleur rose à rouge clair y compris à l'extérieur. Le limbe inférieur est très étroit, c'est sans doute l'une des raisons qui rend le bouturage peu efficace et a provoqué longtemps la rareté du clone, qui reste assez peu vigoureux. Mais le plant se divise facilement toutefois.

Les lobes sont atrophiés par arrêt de leur croissance au stade final mais pas au même moment en tout point, d'où ce bord irrégulier et sans dents. La mutation n'empêche par le déroulement final complet de celui-ci, finalement assez bref vu la réduction de la largeur, contrairement à la "Fondue".
Ce qui frappe également, c'est l'épaisseur des lobes, leur rigidité. En fait, c'est un peu comme si chaque lobe avait été découpé dans un lobe normal, la section se trouvant donc dans le milieu du lobe, partie épaisse.

2 "Washed Trap" Ce plant a été trouvé en jardinerie en décembre 2008 par Nicolas Riccone. Sa particularité est d'être une forme panachée, de vert à vert clair, jusqu'au blanc, avec toutes les nuances intermédiaires en continu, d'où ce nom car la plante parait lavée. Cela ne concerne pas que le piège, contraire à ce que laisse croire le nom... Puisque la quantité de chlorophylle d'une plante s'adapte à la luminosité, ce caractère disparaît en cas de forte lumière : le vert normal tend à devenir moins intense.
Comme la "Spotty", elle ne se multiplie que par bouturage du rhizome, ce qui la rend très rare. On peut même noter que certaines pousses sont unicolores, ce qui rend délicat sa pérennité à long terme.
PS : j'avais écrit que plusieurs clones portaient ce nom, suite à un échange de courriers dans lesquels mon correspondant comparait "plusieurs Washed Trap". En réalité, il voulait parler de formes panachées, i.e. "variegated" en anglais.
+ "Whale"
Acquisition 2010.
Clone distribué en 2010 par Araflora, dont le piège ressemble un peu à la Sawtooth mais avec un découpage beaucoup plus fin et, semble-t-il, un intérieur du piège beaucoup moins coloré.
  "X03" D'après BCP : "classic dentate, shorter dentate teeth only on summer leafs, good red colour inside and sometimes outside arced traps, sometimes only 2 sensitive hairs on each blade, standard size".
La croissance me parait lente. Les pièges sont très arqués effectivement. Pour le reste...
  "X11" => Dentate X11
  "XXX Schuppenstiel" Voir à Schuppenstiel...
+ "Y06" Acquisition 2008.
2 "Yellow Fused Tooth"

Acquisition 2009.
Il s'agit évidemment d'un hybride entre une "Yellow" et une "Fused Tooth". La plante a hérité de la fusion des dents de cette dernière mais pas de sa vigueur ! Bref, il s'agirait de faire un peu de sélection avant de diffuser un nouveau clone ! Nous risquons en effet de nous retrouver avec plusieurs clones portant ce nom mais qui ne seront pas identiques. C'est pour cette même raison que je ne parle pas de "Red Sawtooth" pour la "Bohemian Garnet", même s'il s'agit bien d'une sorte de Sawtooth rouge.

Donc si vous avez un autre hybride plus satisfaisant, je suis preneur :-).

++ "Yellow" (Triffid)
(= "Yellow Red Jaws" ?)

Dionée 'Yellow'
Les feuilles jaunissent pas mal à la fin du printemps, avec beaucoup de lumière bien sûr - cela réduit la chlorophylle. Mais si on nourrit la plante, "forcément", elle reverdit !
J'ai remarqué quelques traces de rose et d'après Trevor Cox ce serait peut-être la même variété que la "Yellow Red Jaws"... Pas convaincu : ces traces sont vraiment rare... Il est peu probable que son créateur ait eu ce phénomène suffisamment intense pour en nommer sa plante.
+ "Yellow Orange" Acquisition 2009.
Joli clone jaune mêlé de rouge... ce qui donne de l'orange "évidemment".
  "Z02" Acquisition 2008.

* I have two different "Shark Teeth" varieties : one with the real name in English, "Shark Teeth", from the Australian nursery "Triffid" and a second with a French name "Dent de requin" (i.e. Shark Teeth in English) from the French nursery "Nature & Paysages". Generally (at home) this one is more red, with smaller teeth like real shark teeth. See photos here : "Shark Teeth (Triffid)" and "Dent de requin (Nature et Paysages)".

Genre Drosera

Drosera adelae
  f type (fleurs rouges) +++
  forme rouge +++
  var. "Giant" 1

D. aliciae +++

D. anglica (= longifolia) +,gr

D. binata :
  forme type +++
  ssp multifida ++
  ssp dichotoma ++
    ssp dichotoma forme géante 2
  "Marston Dragon" (cultivar issu de dichotoma x multifida) +

Drosera burmanii
  forme rouge 2,gr

D. capensis
  ssp capensis
  forme type +++
  forme rouge 1
  forme "feuilles étroites velues"
  forme géante "60 cm" (forme à mon avis bidon... Cette dimension concerne au mieux la hampe florale)
  forme "Bain's Kloof" : + (jolie forme sauvage originaire de "Bain’s Kloof Pass". Pour moi il s'agirait plutôt d'une variété car il y a plusieurs signes distinctifs : piège vert plus court et plus large, couvert de poils rouge foncé, fleur deux fois plus grosse. L'orthographe "Baine’s Kloof" semble incorrecte car inutilisée dans les sites sud-africains.)
  ssp alba : +++,gr

D. capillaris ssp capillaris ? (à déterminer) +++

D. filiformis
  forme type +++
  var. tracyi 2
  forme rouge 2

D. hamiltonii +

D. intermedia +

D. jacobi 1

D. longifolia : voir ci-dessus D. anglica

D. pygmea (pygmée) 2

D. pulchella (pygmée; forme grande, "Giant") +

D. x "Lake Badgerup" (pygmée) +

D. regia +

D. rotundifolia +,gr
  var. furcata

D. schizandra +

D. tokaiensis (ancienne D. spatulata "Kansaï") +++

D. trinervia 2, gr

D. x beleziana 2

Genre Genlisea

Genlisea filiformis 2, Gr

Genlisea lobata x violacea 2

Genlisea lobata x violacea 'Giant' 2

Genlisea violacea, Gr

Genlisea sp "Bela de Itacambira" (une forme sauvage endémique à Itacambira ; 'Itacambita Beauty' est incorrect !) 2

Genre Heliamphora

Heliamphora chimantensis

Heliamphora heterodoxa +

Heliamphora heterodoxa x minor +

Heliamphora hispida ++

Heliamphora minor (orig. Wistuba) +

Heliamphora nutans forme Tepuy Ptari

Heliamphora huberi, Amuri tepui (Wistuba) +

Heliamphora sarracenioïdes (orig. Wistuba) +

Genre Pinguicula

P. emarginata 1

P. esseriana ++

P. gracilis 1

P. gracilis x moctezumae 1

P. grandiflora ++

P. laueana 1

P. lusitanica gr

P. rotundifolia 1

Genre Sarracenia

Sarracenia alata
  forme type : +
  forme areolata, avec tâches blanches (orig. Texas, réf. Mike King A23 ; attention, ne pas confondre avec l'hybride S. x areolata, croisement entre S. alata et S. leucophylla !) 1
  cultivar "Black Tube" +
  cultivar "Black Tube" pubescent (Desoto, Clone 3, Mike King A28) 1
  cultivar "Red Lid" +
  une forme à fl. jaune vif +++

S. flava
  forme type +++
  forme type à grand chapeau, Dinwiddie,VA,W,(F10,JA), (réf. Mike King F6)
  forme type clone vert de Nature & P ("forme verte"). Il s'agit en fait d'un clone très vert par rapport à la forme type, semblable à la variété sauvage maxima mais avec une infime trace rouge (visible sur les plants adultes uniquement) au niveau de l'attache le long de la nervure centrale. +
  var. atropurpurea (= atrosanguinea)
    clone acheté à Lörrach, Allemagne ++
    clone Nature & Paysages 1
    clone "All red form", Blackwater (réf. Mike King F27A) 1
    clone "All red form", Blackwater (réf. Mike King F27B) 1
    clone encore en plantules
  cuprea (ancien "Copper Lid" = “Couvercle de cuivre”) +
  var. maxima, North Carolina,W,(AH) (réf. Mike King F81) 2
  var. ornata (acheté sous le nom flava "Heavily Veined" c-à-d "Fortement veiné", il s'agit parfaitement d'une ornata, avec sa pointe en queue de cochon) +++
  var. rubricorpora
    "Claret" (réf. Mike King F25C) 1
    "Burgundy" (réf. Mike King F26) 1
    forme à tube rouge géant, Apalachicola (réf. Mike King F20) 1
    forme à tube rouge géant, Apalachicola (réf. Mike King F21) 1
    forme à tube rouge géant (réf. Mike King F65) 1
    forme à tube pourpre, Milton (réf. Mike King F44) 1
    forme à tube pourpre, très sombre, particulièrement la gorge, Milton (réf. Mike King F45) 1
    forme à tube rouge bordeaux à pourpre (réf. Mike King F126) 1
    forme à venation très large sous le couvercle, Marston Exotics (réf. Mike King F55) 1
    origine Nature & Paysages 1
    (autre clone) +
  var. rugelii ++++
    clone d'un très beau vert-jaune, tache homogène dense, Ben Hill County +++
    clone de Fitzgerald => obtenu sous le nom de "forme type" mais caractéristiques de rugelii !
  cultivar "Stripped Dutch" ("stripped" : "dépouillé" en angl.) 2
  cultivar "Maxima" (cultivar hybride de deux flava, sans doute forme type x rugelii)

S. leucophvlla
  forme type, clone A +++
  forme type, clone B légèrement différent, 2
  forme pubescente +
  forme rouge +
   forme sauvage rouge et blanc de Gas Station, Perdido, Alabama 2
  clone très rouge, couvercle tirant vers le rose (réf. Mike King L37) 1
  clone rouge et blanc, urnes d'automne très trapues, Milton, Floride (réf. Mike King L59B) 1
  cultivar "White" +
  cultivar "Tarnok", à fleurs doubles 2

S. minor
  forme type +++
  var. okefenokeensis (ancien “Okeefenokee" forme giant) ++
  forme 'small' orig. Okeefenokee (rien à voir avec la variété okefenokeensis) +
  forme de grande taillle, orig. nord de la Floride (réf. Mike King M2) 1
  forme fortement fenestrée jusqu'au bas de l'urne, orig. Waycross, GA. (WS) (réf. Mike King M21) 1

S. oreophila
  forme type 2
  clone fortement veiné (heavily veined) +++
  clone fortement veiné (heavily veined), fond plus jaune qui se colore d'orangé, orig. De Kalb Co, Alabama (réf. Mike King O6) 1

S. psittacina
  forme type (clone qui prend un très beau rouge) +++
  clone “Pink Yellow” (origine : Orange County, Florida, USA) +++

S. purpurea
  forme type (= ssp purpurea) +++
  forme type (= ssp purpurea) très vigoureuse (réf. Mike King PP6) 2
  forme heterophylla 1
  ssp venosa ++++
  ssp venosa var burkii + (ancien nom : S. rosea, à ne plus utiliser)
  ssp venosa var montana 1 (semis) [certainement une plante dégénérée par autofécondation...]

S. rubra
  forme type +++
  ssp. alabamensis +
  ssp. jonesii +
    forme verte, sans anthocyanine, Oxford, Etowah, Caroline du Nord (réf. Mike King RJ3) 2
  ssp. gulfensis +
    forme verte, sans anthocyanine, Yellow River, Floride (réf. Mike King RG9) 2
  ssp. wherryi ++
    "Chatom Giant", forme sauvage de grande taille, Chatom, Alabama (réf. Mike King RW6 ) 2

SarracEnia hybrides

Par commodité, j'ai divisé cette section en trois parties, la première contient tous les hybrides de première génération entre les espèces sauvages, la seconde les hybrides plus complexes et dont le nom est une simple description des croisements, et enfin la troisième celle des cultivars, des clones qui ont été sélectionnés après l'étape précédente ou bien dont le nom a été déposé - ce qui parfois n'a été fait qu'après une simple sélection sur le terrain.
De cette manière, les noms de cultivars ne se retrouvent pas mélangés avec les autres par un ordre alphabétique global, et l'ensemble est plus vite conculté.

hybrides "classiques" (F1 issus d'especes sauvages)

S. alata x psittacina +++

S. alata "Red Lid" ? x ? (chapeau dont la pointe seule est rouge à l'intérieur, typique de S. alata "Red Lid")

S. alata "Red Throat" ? x S. leucophylla ? (chapeau ondulé bordé de blanc, signature de S. leucophylla, et à centre rouge, signature de S. alata "Red Throat")

S. flava var. atropurpurea "All Red" x flava var. rubricorpora. Un hybride de grande taille ressemblant à un rubricorpora mais avec un chapeau beaucoup plus rouge. +

S. "Elvis Presley". Pour l'instant, je constate des caractères intermédiaires qui font penser à un bel hybride S. oreophila x flava, d'où sa place ici. Il existe énormément de variations chez S. flava mais aussi, c'est moins connu, chez S. oreophila. J'attends de voir la période de floraison plus tardive chez celle-ci, qui a aussi des phyllodes couchées latéralement... si elles ont la place ! 1

S. oreophila x flava +

S. rubra gulfensis giant x leucophylla, Yellow River, Floride, W, (PW) (réf. Mike King H15) 1

S. x areolata (= leucophylla x alata) +++

S. x catesbaei (= purpurea x flava) +++

S. x chelsonii (= purpurea x rubra) +

S. x courtii (= purpurea x psittacina) +

S. x formosa (= psittacina x minor) +

S. x mitchelliana (= S. purpurea venosa x leucophylla ; hyb. perso) ++

S. x mixta (= S. oreophila x S. leucophylla) +++

S. x purpureophila (= S. purpurea purpurea "Québec" x oreophila) +

S. x readii (= x farnhamii = leucophylla x rubra ; hyb. perso) +++

S. x rehderi (= minor x rubra) +++

S. x swaniana
  minor x purpurea purpurea ++
  minor x purpurea venosa (JPR-SH004, hyb. perso) +++

S. x wrigleyana

hybrides complexes

S. alata "Red Throat" x (x moorei) (= S. alata "Red Throat" x (flava x leucophylla)) 1

S. x excellens x leucophylla (= (minor x leucophylla) x leucophylla) 1

S. minor forme small x [leucophylla x (x swaniana)] +

S. x willissii x purpurea +++

S. alata areolata x [leucophylla x (x swaniana)] qui ressemble à alata x psittacina mais urnes droites et taches blanches importantes.

S. hybride de parents inconnus, ressemblant à x catesbaei mais avec un fin liseré rouge autour de l'ouverture et un couvercle davantage rabattu.

S. x mixta x alata 'Black Tube' (JPR-SH001). Hybride personnel aux urnes très longue et aux pétales rose mêlés de jaune et recourbés à l'horizontale.

S. x mixta x (x willisii x purpurea) (JPR-SH002). Hybride personnel ressemblant à x mitchelliana mais plus vigoureux et avec des urnes d'abord veinées puis entièrement rouge-orangé.

S. (x willisii x purpurea) x minor (JPR-SH003). Hybride personnel ressemblant à x swaniana mais plus vigoureux et avec des urnes légèrement veinées et tachetées, rose-orangé.

Cultivars

S. "Adrian Slack" (sélection exceptionnelle de S. x moorei), Barry Meyers-Rice, (réf. Mike King H113) 1

S. "Brooks Hybrid" (sélection de S x moorei ; réf. Mike King H7) 1

S. "Helmut's Delight" 1

S. "Diane Whittaker" (Nom donné par Mike King en attente d'enregistrement comme cultivar pour cette sélection de (leucophylla x minor) x  leucophylla ; réf. Mike King H2) 1

S. "Juthatip Soper" [(leucophylla x purpurea) x leucophylla "Pink"] 1

S. "Stevensii" [sélection de leucophylla x S. rubra ssp. gulfensis] 1

Genre Utricularia

U. australis +

U. calycifida +

U. emarginata 1

U. livida
  forme type 1
  forme Mexico +
  forme Durban 1

U. minor +

U. nephrophylla +

U. novae-zelandae 1

U. praelonga +

U. prehensilis +

U. pubescens 1

U. radiata ++

U. reticulata ++

U. sandersonii
  forme type +++
  forme bleue (forme inhabituelle nettement plus belle) ++

U. subulata +++

U. tricolor 1

U. warburgii +

Divers autres Carnivores

Aldrovanda vesiculosa
  clone vert tempéré, Italie (Lac Sibolla ? près de Lucca)
  clone vert tempéré, Miklaszowek, Pologne (nord-ouest)
  clone rouge "tropical", Leach Lagoon, près de Katherine, N. Territory, Australie
  clone rouge, "tempéré", Lac Baláta-tó, Hongrie (sud-ouest)

Cephalotus follicularis 1
  forme type
  "Big Boy"
  "German giant"
  "Giant"
  "Warrior" (clone qui a été baptisé librement ainsi car très résistant : 5 semaine sans eau, -12 °C, etc. !)
  "Hummer's Giant"

Darlingtonia californica +++

(Lien vers la liste des plantes non carnivores en culture)

Conditions

Les formes rares ou très demandée, si je les ai en petite quantité, sont réservées à l'échange.
Néanmoins, je multiplie ces plantes en priorité, elles devrait devenir davantage disponibles .

J'apprécie particulièrement que l'on me communique spontanément sa liste de plantes en collection, y compris celles qui ne sont pas disponibles, ne serait-ce que pour plus tard, échanger des idées sur la culture, etc.
Je m'intéresse à beaucoup de plantes autres que carnivores...

Pour un achat, comptez maximum 6 € pour une dionée et 11 € pour un Sarracenia. Il s'agit vraiment de plantes matures, si ce n'est pas le cas, je vous en parlerai avant.
J'utilise un emballage en polystyrène extrudé et renforcé, très résistant, étanche et néanmoins léger. Il faut compter entre 50 et 100 g pour le port, qui est en sus et selon votre choix ; souvent 1 ou 2 euros suffisent. Je n'en demande pas en cas d'échange (puisqu'il y a réciprocité) ni pour une commande importante.
Je préviens toujours par email juste après l'envoi et les chèques sont encaissés seulement à ce moment là - voire un peu plus tard.

Photographies numériques éventuellement possibles. Pour information, je dispose de milliers de photos qui ne sont en ligne...